02/09/2010 | communication | PDF | imprimer | 
No 1

Fröhlich, Abraham Emanuel

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 1.2.1796 à Brugg, décès 1.12.1865 à Gebenstorf, prot., de Brugg. Fils d'Emanuel, tanneur, conseiller, juge de paix et dès 1806 maître d'école, et de Rosina Märki. Frère de Friedrich Theodor ( -> 2). Etudes de théologie à Zurich. Maître de latin à Brugg (1817) et pasteur suffragant à Mönthal. Maître de langue et littérature allemandes à l'école cantonale d'Aarau (1827-1835). Rédacteur de la Neue Aargauer Zeitung (1831-1835), éditeur de l'almanach Alpenrose (1831-1854, avec des interruptions), maître et recteur de l'école de district d'Aarau (dès 1836). Devenu célèbre grâce à ses fables satiriques (Hundert neue Fabeln, 1825), F. écrivit ensuite des Schweizer Lieder (1827) de ton patriotique, mis en musique par son frère Theodor, des poèmes épiques (Ulrich Zwingli, 1849) et Der junge Deutsch-Michel (1843), recueil d'épigrammes maintes fois réédité. L'université de Bâle lui conféra le titre de docteur honoris causa pour son anthologie de psaumes et poèmes spirituels (1844).


Oeuvres
– H. Thomke, S.S. Tschopp, éd., Fabeln von Abraham Emanuel Fröhlich, 1994
Fonds d'archives
– Fonds, BV Brugg
– Correspondance, BBB, BV Winterthour
Bibliographie
– Killy, Literaturlexikon, 4, 47
– H. Nidecker, «Die Schweizerlieder der Brüder Fröhlich», in Stultifera navis, 4, 1947, 126-131

Auteur(e): Rüdiger Zymner / DVU