20/03/2006 | communication | PDF | imprimer | 

Erschwil

Comm. SO, distr. de Thierstein, jadis appelée aussi Erswil. Village-rue traversé par la Lüssel. 1147 Hergiswilre. 407 hab. en 1739, 476 en 1798, 594 en 1850, 465 en 1900, 714 en 1950, 931 en 2000. Vestiges paléolithiques, mésolithiques et monnaies romaines découverts dans le Chesselboden. Le couvent de Beinwil-Mariastein, dont l'avouerie appartenait aux seigneurs de Thierstein, possédait à E. des alleux et la dîme. Le village passa à Soleure en 1522, en même temps que l'avouerie, et fit partie du bailliage de Thierstein jusqu'en 1798. En 1219, l'église Saints-Pierre-et-Paul fut rattachée au couvent de Beinwil. E. adopta la Réforme entre 1529 et 1533. Avant 1531 déjà et jusqu'en 1822, le village forma une paroisse avec Büsserach. La chapelle Saint-Joseph, du XVIIe s., est située sur l'ancienne route du Passwang. Construction du "long pont" (Lange Brücke) vers 1730, de l'école en 1746. Exploitation de minerai de fer du XVe s. au début du XVIIIe s. Réduction de minerai (pisolithe); premier haut fourneau sur territoire soleurois en 1512. Un martinet attesté en 1474 fut confirmé en 1530 par l'empereur Charles Quint. Artisanat local sur les bords de la Lüssel et agriculture. En 1755, le Conseil de Soleure autorisa un marché qui subsista jusqu'à la fin du XIXe s. Aux XVIIIe et XIXe s., la broderie et le tissage de la soie se pratiquaient à domicile. En 2000, environ deux tiers des emplois étaient fournis par le secteur secondaire.


Bibliographie
MAH SO, 3, 1957, 203-208
– J. Grolimund, Schulgeschichte Erschwil, 1979
– E. Altermatt, «Gemeinde Erschwil», in Solothurner Jahrbuch, 1990, 32-36
– R.M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 269-276

Auteur(e): Lukas Schenker / FP