15/09/2009 | communication | PDF | imprimer

Bärschwil

Comm. SO, distr. de Thierstein, comprenant le village de B. dans une vallée latérale de la Birse, le hameau de Wiler et la Schmelzi sur la Birse. 1194 Bermeswile; ancien nom franç. Bermeveiller. 438 hab. en 1739, 452 en 1800, 656 en 1850, 687 en 1900, 964 en 1950, 872 en 2000. Il y aurait eu une ancienne fortification au lieudit Gupf. Le couvent de Beinwil possédait des biens à B. (mentionnés en 1194). La paroisse est attestée en 1441 comme bénéfice du décanat du Leimental. En 1527, l'évêque de Bâle céda B. à Soleure, avec les droits de haute et de basse justice, ainsi que le droit de dîme. Soleure exerça également la collation. A la Réforme, la commune opta pour la foi nouvelle. De 1533 à 1619, la paroisse, redevenue catholique, fut rattachée à Rohr-Breitenbach. A nouveau indépendante dès 1619, elle engloba Grindel jusqu'en 1864. L'église Saint-Luc, mentionnée en 1548, fut agrandie en 1727 et en 1928. En 1800, le gué et la passerelle furent remplacés par un pont sur la Birse. En 1675, une fonderie de minerai de fer (pisolithe) fut reconstruite à la Schmelzi; une verrerie, en fonction jusqu'en 1856, y fut installée en 1775; les bains datent de 1867. En 1875, une fabrique de chaux ouvrit ses portes; plus tard, elle fera place à une plâtrerie (abattage du gypse sur place). En 1913, une usine de terrazzo-jurasit remplaça une cimenterie (1908). En 1875, une gare de la ligne Bâle-Delémont (actuellement seule station CFF du district) fut construite à la Schmelzi. En 1980, le secteur primaire offrait 27% des emplois, le secondaire 36%. Mais 68% de la population active travaillaient à l'extérieur de la commune, ce qui est typique de son développement récent.


Bibliographie
– P. J. Affolter, Schmelzi und Glashütte bei Bärschwil, 1951
MAH SO, 3, 1957, 141-147
– A. Fringeli, Bärschwil, 1981

Auteur(e): Lukas Schenker / UG