Walterswil (SO)

Comm. SO, distr. d'Olten, sur le versant sud de l'Engelberg, comprenant les villages de W. et Rothacker, ainsi que les fermes de Gulachen, Hennenbüel, Lischmatt et Höli, autrefois Steckhöfe (domaines isolés non soumis à l'assolement obligatoire). 1283 Walderswile. 187 hab. en 1739, 280 en 1798, 412 en 1837, 448 en 1850, 430 en 1900, 548 en 1950, 632 en 2000. Vestiges d'une motte médiévale à Hennenbüel. W. relevait du chapitre de Schönenwerd. La haute justice était exercée par les avoués de celui-ci, soit les Habsbourg, qui l'inféodèrent aux Falkenstein. Plus tard, la basse justice passa aussi du chapitre aux avoués. En 1458, W. fut cédé à Soleure avec la seigneurie de Gösgen et attribué, avec Gretzenbach, Däniken et Eppenberg-Wöschnau, à la juridiction de Schönenwerd. La commune bâtit une école en 1771. Grod et W. refusèrent de fusionner 1818. Au spirituel, W. dépendit de Gretzenbach jusqu'en 1840, avant de former une paroisse. Une église est mentionnée en 1275, une chapelle fut construite en 1733 et l'actuelle église Saint-Joseph, à Rothacker, date de 1839. Les protestants de W. sont desservis par la paroisse argovienne de Safenwil, mais dépendent de celle d'Olten. En 1837, dix-sept tisserands étaient établis dans le village. Au début du XXIe s., W., où l'agriculture et l'artisanat prédominent, compte un grand nombre de navetteurs vers Zofingue, Olten et Aarau.


Bibliographie
– H. Sigrist, «Der Kauf der Herrschaft Gösgen 1458», in JbSolG, 31, 1958, 5-20
– U. Wiesli, Geographie des Kantons Solothurn, 1969

Auteur(e): Hans Brunner / FP