12/02/2014 | communication | PDF | imprimer

Starrkirch-Wil

Comm. SO, distr. d'Olten, située entre l'Aar et le versant nord de la chaîne de l'Engelberg, comprenant les villages de Starrkirch et Wil, le domaine isolé de Wartburg et la ruine du château fort de Neu-Wartburg (dit Säli-Schlössli). 1036 Starchenchilcha, 1288 Wile. 98 hab. en 1739, 206 en 1804, 361 en 1850, 572 en 1900, 875 en 1950, 1253 en 2000. Vestiges du Magdalénien au Mühleloch, refuge néolithique au Mühletäli. Le chapitre de Beromünster possédait l'église de Starrkirch (Saints-Pierre-et-Paul). Le patronat passa en 1498 au chapitre de Schönenwerd. Un chanoine était curé de S.; Dulliken, qui faisait partie de la même paroisse, et S. formaient une juridiction (tribunal de douze juges). Partie du bailliage de Gösgen, S. passa à Soleure en 1458, et fut attribué au bailliage administré par l'avoyer d'Olten en 1623. La chapelle Sainte-Anne près des fermes de Wartburg est attestée jusqu'au XVIIe s. En 1679, le chanoine Jakob Gugger offrit 2000 florins pour la construction d'une cure, instituant l'obligation de résidence pour le curé. En 1871, le curé Paulin Gschwind refusa de proclamer en chaire le dogme de l'infaillibilité pontificale et fut excommunié, ce qui amena la fondation de la paroisse catholique-chrétienne de Dulliken-Starrkirch (22 novembre 1874). S. devint ainsi un haut lieu du Kulturkampf. La communauté catholique-romaine de Dulliken-Starrkirch fut créée en 1874, la paroisse en 1897 (sur ordre du gouvernement). S. et Dulliken forment en outre un arrondissement de la paroisse réformée d'Olten. Une tuilerie existait en 1807. On comptait en 1837 dix tisserands, ainsi que six bonnetiers travaillant pour les fabricants d'Olten. La situation en pente ne permet pas l'implantation d'industries; en revanche, Wil surtout, se développa en banlieue résidentielle d'Olten. En 2005, 88% des emplois étaient fournis par le secteur tertiaire.


Bibliographie
– A. Kocher, «Der Buchsgau», in JbSolG, 39, 1966
Starrkirch-Wil, 2007

Auteur(e): Hans Brunner / EVU