No 3

Bührer, Jakob

naissance 8.11.1882 à Zurich, décès 22.11.1975 à Locarno, sans confession, de Zurich, Schaffhouse, Bibern (SH) et Hofen. Fils de Wilhelm, imprimeur, et d'Anna Bächtold, fille de paysan. ∞ 1) Anna Bertha Meier, 2) Elisabeth Thommen, 3) Emmy Spengler. Après une enfance pauvre à Schaffhouse, B. fit un apprentissage de commerce, tout en s'adonnant déjà au journalisme. Successivement rédacteur à Wädenswil, Münsingen et Berne de 1904 à 1917, puis écrivain indépendant à Zurich et Bâle, il séjourna assez longtemps à Davos (comme responsable de la promotion de la station), aux Etats-Unis, à Londres et à Paris. Avec Carl Albert Loosli, René Morax et Heinrich Federer, il fonda la Société suisse des écrivains en 1912. Il connut de grands succès entre 1917 et 1923 avec la Freie Bühne Zürich, troupe d'amateurs itinérante; la satire en dialecte Das Volk der Hirten donna naissance à la tradition suisse du cabaret. Ayant adhéré au PS en 1932 après l'intervention de l'armée contre les socialistes à Genève, B. fut boycotté par la presse de droite et travailla dès lors principalement pour des journaux et revues d'orientation socialiste et syndicale. Parmi ses œuvres les plus connues, citons les pièces de théâtre Ein neues Tellenspiel (1923) et Galileo Galilei (1933), les romans Aus Konrad Sulzers Tagebuch (1917), Kilian (1922), Man kann nicht... (1932), Sturm über Stifflis (1934), Das letzte Wort (1935) et l'ouvrage inachevé Im roten Feld (1938-1951), dans lequel l'histoire de la Suisse, au temps de la Révolution française, est racontée du point de vue du peuple.


Oeuvres
– C. Siegrist, D. Zeller, éd., Werkausgabe, 1975- (25 vol. prévus, 12 parus jusqu'en 2002)
Fonds d'archives
– Fonds, ALS
Bibliographie
– D. Zeller, éd., Jakob Bührer zu Ehren, 1975
Jakob Bührer, 1975
– R. Bussmann, D. Zeller, éd., Lesebuch Jakob Bührer, 1977 (21980)
– U. Niederer, Geschichte des schweizerischen Schriftsteller-Verbandes, 1994

Auteur(e): Huldrych Gastpar / AB