No 1

Bringolf, Hans Ormund

naissance 11.1.1876 à Baden-Baden (D), décès 4.3.1951 à Hallau, prot., puis cath., de Hallau. Fils de Johann, entrepreneur, et de Catharina Starikoff, de Russie. ∞ Alice Honegger, fille de fabricant. Etudes de droit à Heidelberg, Vienne, Rome et Berlin, doctorat à Greifswald (1899). Lieutenant de cavalerie dès 1896. Souvent déclaré "mort" par les arbitres dans des manœuvres à cause de sa témérité, B. était surnommé "feu le lieutenant Bringolf". Il appartint aux services diplomatiques suisses jusqu'en 1904, puis fut licencié pour falsification de chèques et escroquerie. Il s'enfuit outre-mer et commanda entre 1906 et 1908 un contingent américain aux Philippines. Arrêté pour fraude, il fut emprisonné à Lima (Pérou), puis à Mannheim. Pendant la Première Guerre mondiale, il fut officier dans l'armée française sur le front serbe; l'audace du "lion de Monastir" lui valut la célébrité et en 1923 la légion d'honneur, mais il fut bientôt à nouveau démasqué comme imposteur. Pensionnaire au home de Hallau, il rédigea son autobiographie (1927), où il apparaît comme l'archétype de l'aventurier moderne et dont Blaise Cendrars publia une traduction en 1930 à Paris (L'étrange aventure du lieutenant Bringolf).


Bibliographie
SchBeitr., 46, 1969, 61-72
– Kosch, Deutsches Literatur-Lexikon, vol. suppl. 2, 408
– R. Specht, «Leutnant Bringolf selig», in Schaffhauser Mappe, 69, 2001, 55-56

Auteur(e): Charles Linsmayer / LD