Selzach

Comm. SO, distr. de Lebern, s'étendant de la plaine de l'Aar (428 m) jusqu'à la Hasenmatt (1445 m, première chaîne du Jura) et comprenant, outre le village de S., le hameau de Haag et l'ancienne bourgade d'Altreu. 1181 Selsacho. 697 hab. en 1666, 1052 en 1850, 1537 en 1900, 2237 en 1950, 2810 en 2000. Vestiges romains à Altreu, au Brüelgut, au Spielhof, au Seuset, et au Winkel (trésor monétaire). Sépultures alémanes au Haag et au Kapf. Depuis 1280, S. appartint aux comtes de Strassberg, qui l'attribuèrent au XIVe s. à la seigneurie d'Altreu. Celle-ci changea plusieurs fois de mains avant d'échoir à la ville de Soleure vers 1390. Dès lors et jusqu'en 1798, S. fut une circonscription judiciaire au sein du bailliage de Lebern. La paroisse de S. fut fondée en 1228 par les comtes de Neuchâtel-Nidau (mentionnés pour la première fois à cette occasion). Le clocher de l'église date de 1457, le corps du bâtiment fut reconstruit en 1514 et 1869. Desservi dès 1839 par la nouvelle route cantonale longeant son flanc sud et dès 1857 par la voie ferrée, le village attira dès la fin du XIXe s. de nombreux sous-traitants de l'industrie horlogère, qui s'installèrent parfois dans les locaux d'anciens établissements artisanaux, comme le moulin du Lochbach. La fabrique d'horlogerie Greder fut fondée en 1870. En 1980, le secteur de l'horlogerie, des machines et de la mécanique de précision était le pilier économique de la commune (62% des emplois). Malgré le développement de quartiers résidentiels, celle-ci n'a pas perdu son caractère rural (en 2005, le secteur primaire fournissait encore 11% des emplois). La Witi (la plaine de l'Aar), gagnée à l'exploitation agricole dans les années 1938-1945, fut une zone de délassement très appréciée jusqu'à la construction de l'A5. L'agriculture de montagne (alpages gérés par trois consortages) joue un rôle important pour la préservation du paysage. Les jeux de la Passion constituèrent dès 1892 une attraction touristique; dès 1953, ils firent place à des représentations estivales d'opéra.


Bibliographie
– A. Kocher, Selzach, 1972
– W. Hug, Selzach, 1181-1981, [1981]

Auteur(e): Urs Zurschmiede / MK