15/07/2010 | communication | PDF | imprimer

Rüttenen

Comm. SO, distr. de Lebern. Habitat dispersé au pied de la chaîne du Weissenstein, comprenant les hameaux de Widlisbach, Oberrüttenen, Galmis, Falleren, Brüggmoos, Kreuzen et le quartier de Steingruben, tourné vers la ville de Soleure. 1474 Rüti, après 1497 die rutinen. 294 hab. en 1798, 502 en 1850, 770 en 1900, 1286 en 1950, 1410 en 2000. Au Moyen Age, le territoire de R. dépendit d'abord du chapitre de Saint-Ours avant d'être rattaché, au XIVe s., lorsque Soleure acquit l'avouerie du chapitre, au ressort élargi de la ville (Burgerziel). Vers 1500, des immigrants du val d'Aoste s'installèrent dans une zone de défrichement. Aux XVIe et XVIIe s., les patriciens de Soleure construisirent des maisons de maître à R., tels le Königshof et le Glutzenhof. En 1720, le territoire de R. fut attribué au bailliage de Flumenthal. En 1752, les hameaux furent réunis pour former la commune actuelle. Au spirituel, les habitants de R. furent d'abord pris en charge par un chapelain de Sankt Niklaus. La paroisse homonyme, fondée en 1627, réunit R., Feldbrunnen et Riedholz. Au XIXe s., R. et Soleure se querellèrent à propos de l'exploitation des forêts, jusqu'à ce qu'une médiation du Conseil fédéral mit fin au conflit en 1871. Les carrières dont on extrayait le "marbre soleurois" attirèrent de nombreux tailleurs de pierre et artisans (jusqu'à 300 employés vers 1870). Quand l'activité déclina à la fin du XIXe s., le village bénéficia de l'essor de l'industrie horlogère dans la région avec l'installation de trois fabriques de vis. Au XXe s., la commune fut intégrée à l'agglomération de Soleure. Les habitants de R. travaillent principalement dans la zone industrielle de la ville et dans les entreprises du tertiaire. Un centre paroissial comprenant des résidences pour personnes âgées fut inauguré en 1979. L'ermitage de Sainte-Vérène dans la Verenaschlucht est situé sur le territoire de la commune.


Bibliographie
Rüttenen, 2003

Auteur(e): Urs Zurschmiede / FP