Lommiswil

Comm. SO, distr. de Lebern. Située sur un plateau au pied sud du Jura, la commune comprend la localité de L. et le hameau de Holz. 1292 Lomolzwile. 206 hab. en 1778, 258 en 1798, 417 en 1850, 656 en 1900, 812 en 1950, 1399 en 2000. Plusieurs cimetières du haut Moyen Age ont été découverts au cours du XXe s. En 1375, le château fort de Schauenburg, sur la première chaîne du Jura, et l'église paroissiale Saint-Germain furent détruits par les Gugler. Bien qu'une chapelle ait été reconstruite en 1483, L. dépendait au spirituel de Selzach puis, après la Réforme, d'Oberdorf (SO). La collation appartenait au chapitre de Saint-Ours de Soleure. L. devint paroisse en 1951. Le village fut acquis par la ville de Soleure avec la seigneurie d'Altreu en 1389 et inclus dans le bailliage de Lebern (juridiction de Selzach) jusqu'en 1798. Une école fut ouverte en 1746 grâce au soutien financier du chapitre de Saint-Ours. Malgré l'ouverture de la ligne ferroviaire Soleure-Moutier en 1908, l'industrie s'est peu développée. Depuis les années 1960, L. a connu un essor de la construction et est devenue un lieu de résidence de prédilection pour de nombreux travailleurs pendulaires actifs dans la ceinture industrielle de Soleure et dans le secteur tertiaire de cette ville.


Bibliographie
– S. Iseli, Lommiswil, 1989

Auteur(e): Urs Zurschmiede / VW