08/03/2007 | communication | PDF | imprimer | 

Langendorf

Comm. SO, distr. de Lebern. Autrefois village-rue situé sur les deux rives du Wildbach, aujourd'hui comm. de banlieue de Soleure. 1304 Lengendorf. 324 hab. en 1798, 354 en 1850, 1078 en 1900, 2393 en 1950, 3400 en 2000. Une villa romaine a été découverte à L. Jusqu'en 1501, le chapitre de Saint-Ours possédait les droits de haute et basse justice sur L., dont faisaient aussi partie Oberdorf et Bellach. La haute justice passa à la ville de Soleure en 1344 déjà, la basse justice en 1501. Après la guerre des Paysans de 1513, le tribunal dépendant de la ville de Soleure, rattaché au bailliage de Flumenthal, fut déplacé de Langendorf à Oberdorf. Au spirituel, L. dépendait du chapitre, et fit partie de la paroisse d'Oberdorf jusqu'en 1953. L. dispose d'une église depuis 1971 seulement, elle fut en outre le premier centre œcuménique de Suisse. Le règlement communal de 1697 fut renouvelé en 1752 et 1795. L'agriculture (assolement triennal) fut prédominante jusque vers la fin du XIXe s. Des moulins sont mentionnés dès 1315, des scieries dès 1435. La société libérale, puis radicale Chutzschützen (société de tir de la chouette) fut créée en 1833 à L. et essaima dans la plupart des cantons libéraux (participation aux expéditions des Corps francs et à la guerre du Sonderbund). En souvenir de cette société, dissoute en 1863, la commune possède depuis 1939 de nouvelles armoiries représentant une chouette posée sur une bouche à feu. Une fabrique de drap fut créée en 1840. Dès 1873, à l'initiative de Johann Viktor Kottmann, L. se transforma très rapidement en commune industrielle, avec un important secteur horloger jusqu'à la crise de 1973 (entreprise Lanco). Il s'en suivit une période de désindustrialisation: en 1980 environ la moitié de la population active travaillait dans le secteur secondaire, cette part était descendue à un quart en 2000. L. possède son bâtiment scolaire depuis 1803. En 1908, la commune fut reliée à la ligne de chemin de fer Soleure-Moutier. La clinique psychiatrique cantonale (Rosegg) a son siège à L. depuis 1860.


Bibliographie
– J. Mösch, Langendorf, 1951
– W. Brülisauer et al., Dorfchronik Langendorf, 2000

Auteur(e): Urs Zurschmiede / MBA