Bettlach

Comm. SO, distr. de Lebern, entre l'Aar et le premier chaînon du Jura. 1181 Betelacho, 1279 Bettelage , 1329 Betlach. 338 hab. en 1666, 376 en 1798, 596 en 1850, 935 en 1900, 1477 en 1910, 2061 en 1950, 4721 en 2000. Tombe plate à offrandes de La Tène. Villa et vestiges romains. Les seigneurs de Granges résidaient au château fort de la Schlossfluh (mentionné entre 1131 et 1224/1225, abandonné au début du XIVe s.). A leur extinction, B. passa avec Altreu à la seigneurie de Strassberg, qui revint en 1389/1393 à la ville de Soleure. B. fit partie jusqu'en 1798 de la juridiction de Selzach dans le bailliage de Lebern. La chapelle Saint-Clément, mentionnée en 1359, est qualifiée d'église dès 1436 (reconstruite en 1886 et 1969). Berne en avait, dès 1496 au moins, la collation (passée au chapitre de Saint-Ours en 1539), et Granges la direction spirituelle. B. fut érigé en paroisse en 1706. Fondée en 1895, la paroisse protestante de Granges-B. a son pasteur depuis 1953.

L'assolement triennal dominait à B., complété par l'exploitation des forêts et de trois pâturages (première fromagerie en 1742). Au XVIIIe s., les laboureurs, politiquement privilégiés, entrèrent en conflit avec les Tauner toujours plus nombreux. Les autorités tentèrent de contrôler la situation, ce qui aboutit au règlement villageois de 1752. Cette époque vit se multiplier les querelles avec les communes voisines sur les droits de pâture. Les communaux furent partagés en 1839. Deux scieries, sur le ruisseau traversant le village, fonctionnaient depuis le XVIe s. Les comptes communaux mentionnent au XVIIIe s. de petits ateliers d'horlogerie, branche dont l'essor soudain à la fin du XIXe s. fit de B. un site industriel. Les premières fabriques se fondèrent dès 1890, sous l'impulsion de Granges. Les besoins en main-d'œuvre s'accrurent fortement quand on se mit à produire des montres complètes au lieu de pièces détachées; les usines construisirent alors des immeubles pour leurs ouvriers (1908). L'ouverture précoce du chemin de fer Herzogenbuchsee-Bienne (1857, gare en 1906) s'avéra propice au développement industriel et démographique. Dans la haute conjoncture des années 1950 et 1960, de nouveaux quartiers résidentiels surgirent et B. joignit peu à peu l'agglomération de Granges. Nouvelle école en 1974 (la première est de 1840). La monoculture industrielle induit une grande vulnérabilité, comme on l'a vu en 1895 et en 1914 (grève), et à nouveau lors de la récession de 1973: Ebauches, le plus gros employeur, licencia la moitié de ses 850 collaborateurs. En se diversifiant (montres à quartz, instruments de mesure, spécialités comme les instruments de chirurgie osseuse de la maison Mathys), le secteur secondaire a maintenu sa part à un haut niveau (71% en 1990).


Bibliographie
– E. Leimer, Bettlach, 1981
– R.M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 196-199

Auteur(e): Urs Zurschmiede / PM