Eglises orthodoxes

Plusieurs Eglises orthodoxes ont des communautés en Suisse. Le patriarche de Constantinople a fondé en 1966 à Chambésy (Genève) un centre qui coordonne certaines de leurs activités en Suisse et prépare le concile panorthodoxe.

La présence des orthodoxes grecs remonte au XVIIIe s. Venus de Grèce, d'Asie Mineure, d'Egypte, ils arrivèrent comme étudiants, curistes ou commerçants. La première communauté fut fondée à Lausanne en 1910. Au XXe s., l'arrivée de réfugiés puis surtout celle de travailleurs immigrés vers 1960 amena la création de communautés à Zurich, Saint-Gall, Bâle/Olten et Berne, toutes ayant un rayon très large. Le centre ecclésial du Tessin se trouve à Lugano, celui de Suisse romande à Chambésy (en langues grecque, française et arabe). Comme partout dans la Dispersion, les orthodoxes grecs de Suisse appartiennent, par l'intermédiaire de leur métropole, située à Chambésy également, au patriarcat de Constantinople.

Nobles, intellectuels et commerçants russes fondèrent la première communauté orthodoxe russe à Berne en 1816; elle fut déplacée à Genève en 1854. Une église fut construite en 1878 à Vevey pour la communauté établie sur la Riviera lémanique. L'arrivée des Russes blancs après 1917 entraîna la fondation des communautés de Zurich (1935) et de Berne (1944). Une partie d'entre elles relève du patriarcat de Moscou, l'autre de l'Eglise russe hors-frontières (après la rupture de 1922).

Dès 1960, les travailleurs immigrés orthodoxes serbes créent des communautés à Zurich et Berne. Au début du XXIe s., cette Eglise est numériquement la plus fortement représentée. Il existe aussi des communautés orthodoxes roumaines à Genève, Chambésy, Lausanne et Lugano, dépendant généralement du patriarcat de Bucarest. D'autres communautés orthodoxes (coptes, syriaques, arméniens) regroupent des fidèles. Lors du recensement de 2000, la Suisse comptait 131 851 orthodoxes.


Bibliographie
– E. Bryner et al., Les Eglises orthodoxes en Suisse, 1985 (all. 21984)
Présence orthodoxe en Suisse, 1992

Auteur(e): Martin Hauser