25/01/2015 | communication | PDF | imprimer | 

Zuchwil

Comm. SO, distr. du Wasseramt, dans un triangle formé par l'Aar, l'Emme et les collines de Bleichenberg et Birchi, dans le voisinage immédiat de la ville de Soleure. 1052 Zuchwile. 435 hab. en 1850, 1125 en 1900, 1590 en 1920, 2795 en 1930, 3970 en 1950, 6323 en 1960, 8922 en 2000.

Villa, tracé d'une voie et vestiges isolés romains, dont un caisson funéraire en pierre. Colonisation alémane ("domaine de Tucho"). La ville de Soleure reprit les droits de haute justice des comtes de Buchegg en 1365 et la basse justice du chapitre de Saint-Ours en 1501. Jusqu'à son incorporation au bailliage de Kriegstetten (fin du XVe s.), Z. fit partie du ressort élargi de la ville. L'église Saint-Martin (1581, reconstruite en 1956) occupe le site d'un sanctuaire du haut Moyen Age, au centre de la localité. Elle fut desservie par le chapitre de Saint-Ours, détenteur du patronage (jusqu'à sa suppression en 1874), puis érigée en paroissiale. Depuis 1817, elle abrite la tombe et le monument de Tadeusz Kosciuszko. Au XVe s., la communauté paysanne constituait un tribunal pour le règlement des affaires locales. A la fin du XVIe s., un système de canaux alimentés par l'Emme permit de parer au manque chronique d'eau. Cela profita surtout à un petit nombre d'ayants droit aisés et de gros paysans. L'industrialisation entraîna d'importantes mutations dans la structure professionnelle et la répartition confessionnelle. Les plus gros sauts démographiques correspondirent aux deuxième et troisième vagues d'industrialisation (années 1920-1930 et 1950-1960) et firent de Z. la deuxième commune de l'agglomération soleuroise (après le chef-lieu) et la quatrième du canton. La raison de ce développement est à rechercher dans le manque aigu de terrains à bâtir dans la ville voisine, alors que Z. disposait de surfaces planes en suffisance. Bientôt les deux localités n'en formèrent plus qu'une. En outre, comme la frontière entre les communes passait à 250 mètres à l'est de la gare principale de la ville, presque toutes les industries nécessitant une connexion ferroviaire s'installèrent sur le territoire de Z. En 1917 s'implanta la fabrique d'outillage électrique Scintilla, dont Bosch reprit la majorité des actions en 1954. En 1950, ce fut le tour de la fabrique de machines à tisser Sulzer (Winterthour). En 1990, Sulzer Textil était le plus gros employeur privé de la région soleuroise (2400 emplois en 1991, nombreuses places d'apprentissage). Le secteur secondaire prédominait (63%), mais il connut ensuite un relatif déclin (39% en 2005), dû notamment à la forte dépendance des deux principales entreprises envers l'exportation. En 2002, avec l'ouverture du tronçon autoroutier Bienne-Soleure, Z. a gagné un accès direct à l'A5. Deux infrastructures d'importance régionale ont vu le jour sur le territoire communal: un centre sportif (1974) et une usine d'incinération des ordures (1976).


Bibliographie
– A. Tatarinoff-Eggenschwiler, «Zuchwiler Dorfgeschichte von den Anfängen bis ins 20. Jahrhundert», in Zuchwil: Spiegelbilder eines Wasserämter Dorfes, 1, 1987, 7-57

Auteur(e): Urs Zurschmiede / VW