Sermuz

Hameau près de Gressy, comm. Yverdon-les-Bains VD, situé sur le flanc sud d'une colline qui borde la plaine de l'Orbe. Habitations et bâtiments agricoles. Sur le replat, surplombant le hameau, un monticule de terre matérialise les derniers vestiges d'une fortification protohistorique: un mur gaulois (murus gallicus) a été édifié au cours de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. Une portion du rempart a été partiellement reconstituée en 1990. Du mobilier archéologique récolté sous le rempart date probablement de l'âge du Bronze; à l'arrière de la fortification (lieudit Sur Châtillon) on a récolté en surface des champs des monnaies romaines, des fragments d'amphores et de céramique contemporains de l'occupation du site fortifié (La Tène finale). On relève la présence de tombes plus tardives aménagées dans les vestiges du rempart. En 1177, l'hospice du Saint-Bernard possède à Semmurs une cella (prieuré ou monastère), encore en fonction en 1231, mais qui n'est plus mentionnée en 1285. En 1453, la chapelle Saint-Nicolas dépend de l'abbaye du Lac de Joux. La population formait autrefois une communauté autonome, encore existante en 1565. En 1764 ne subsistent que deux domaines, relevant de la châtellenie de Belmont.


Bibliographie
– C. Brunetti, Yverdon-les-Bains et Sermuz à la fin de l'âge du Fer, 2007

Auteur(e): Philippe Curdy