Bâle (diocèse)

Le diocèse de B. (diocesis Basiliensis) releva de l'archidiocèse de Besançon, de facto jusqu'en 1792, de jure jusqu'en 1801, directement de Rome depuis 1828. Diocèse de B. et de Lugano de 1888 à 1971. Patrons: jusqu'en 1828 Notre-Dame, saint Pantale (translation des reliques en 1270), l'empereur canonisé Henri II depuis le milieu du XIVe s.; dès 1828, les saints Ours, Victor et Henri II. Siège et cathédrale: B. jusqu'en 1828, puis Soleure (ancienne collégiale Saints-Ours-et-Victor).

1 - Le Moyen Age

1.1 - Les événements

Dans l'Antiquité tardive, le siège de l'évêque se trouvait au castrum Rauracense (Kaiseraugst). Justinien, évêque des Rauraques, est cité en 343 et 346. Plus tard, le siège fut transféré ou rétabli à B.; la question de la continuité reste ouverte. La liste des évêques résidant à B. commence vers le milieu du VIIIe s. A cette époque, le territoire diocésain fut agrandi. Les évêques Waldo (vers 800) et Haito (av. 805-823) entretinrent des relations étroites avec les souverains carolingiens. Le territoire du diocèse fit partie de la Lotharingie en 843, du royaume de Germanie en 870 et du second royaume de Bourgogne en 912 (sauf la Haute-Alsace).

En 999, le dernier roi de Bourgogne, Rodolphe III, donna à l'évêque Adalbert II l'abbaye de Moutier-Grandval, base de la future principauté épiscopale. L'influence impériale se renforça sous Henri II, qui concéda des droits de suzeraineté à Adalbero et assista à la consécration de la cathédrale en 1019. Sous Conrad II, B. devint évêché d'Empire et, dès 1025, les évêques reçurent l'investiture de l'empereur (ou du roi des Romains). Lors de la querelle des Investitures, Bourcard de Fenis (1072-1107) se rangea résolument du côté de l'empereur Henri IV. Ses successeurs jusqu'à Henri d'Isny (1275-1286) maintinrent cette entente, sauf sous les derniers Hohenstaufen.

Si, comme Bourcard de Fenis, Adalbert III (1133-1137), Ortlieb de Frobourg (vers 1137-1164), Henri d'Isny et Pierre d'Aspelt (1297-1306), les évêques furent souvent retenus loin du diocèse par le service de l'Empire, nombre d'entre eux ne négligèrent pas le domaine ecclésiastique; ainsi Bourcard de Fenis, Lüthold d'Aarbourg (1191-1213), Henri de Thoune (1216-1238) ou Berthold de Ferrette (1249-1262) soutinrent des monastères, des chapitres, des églises, anciens ou nouveaux. Au XIIIe s., Henri de Thoune et Lüthold de Rötteln, mais surtout Henri de Neuchâtel et Pierre d'Aspelt développèrent la puissance temporelle de l'évêché. Le XIVe s. connut, dans un contexte de centralisation croissante du pouvoir ecclésiastique, des querelles dues à la nomination par les papes (en particulier ceux d'Avignon) d'évêques comme Gérard de Vuippens, Jean de Chalon-Arlay et Jean de Vienne; étrangers au pays et ignorant l'allemand, ils eurent beaucoup de peine à s'imposer face au chapitre et à se faire admettre dans le diocèse. A cela s'ajoutèrent des confrontations avec la ville de B. et les Habsbourg.

Pendant les troubles du Grand Schisme, les évêques de B. adhérèrent au parti de Clément VII en 1378, à celui d'Urbain VI en 1383, avant de reconnaître au concile de Pise (1409) le pape Grégoire XII. Ces longues luttes, ruineuses, furent très dommageables au diocèse. Jean de Vienne et Imier de Ramstein laissèrent derrière eux un évêché désorganisé et lourdement endetté. Elus pour la plupart par le chapitre et bien informés de la situation, les évêques du XVe s., tels Jean de Fleckenstein, Frédéric zu Rhein, Arnold de Rotberg, Jean de Venningen et Christophe d'Utenheim, tentèrent de consolider les finances, de rétablir leur puissance temporelle (mais ils ne purent récupérer la ville de B.), de réorganiser et réformer la vie ecclésiastique. Cette période s'achève avec l'introduction de la Réforme à B. en 1529.

Auteur(e): Veronika Feller-Vest / LA

1.2 - Organisation et institutions

Le diocèse de B. avait pour limites au Moyen Age les Vosges, le Doubs, le col de Pierre-Pertuis, l'Aar, le Rhin et s'étendait au nord jusqu'à Sélestat (non compris). D'après les comptes de la dîme pontificale de 1301-1303 et le Liber marcarum de 1441, le diocèse comptait plus de 420 églises, paroissiales ou filiales. Au XIIIe s. au plus tard, il fut organisé en treize, puis douze chapitres ruraux ou décanats (doyennés), dirigé chacun par un doyen: Frickgau, Sisgau, Buchsgau, Salsgau (Moutier), Ajoie (Saint-Ursanne), Leimental, Saint-Jean à B. (situés totalement ou partiellement sur le territoire de la Suisse actuelle); Sundgau, citra Rhenum, inter Colles, citra Colles Ottonis et ultra Colles Ottonis en Alsace. Les statuts du chapitre du Frickgau sont les premiers attestés (1356). Les archidiaconats, dirigés par des dignitaires de la cathédrale, par le prévôt de Saint-Ursanne et l'archidiacre du chapitre de Moutier, coïncidaient avec les décanats.

Les établissements religieux, qui se multiplièrent entre 1000 et 1300, n'étaient que six vers l'an 800: Saint-Ursanne et Moutier-Grandval dans la Suisse actuelle, Munster, Saint-Amarin, Murbach et Masevaux en Alsace.

La législation épiscopale la plus ancienne est le recueil des Capitularia ecclesiastica de Haito (début du IXe s.). Les statuts synodaux nous sont transmis depuis 1297, sous l'épiscopat de Pierre d'Aspelt. Le chapitre cathédral, mentionné pour la première fois en 830, prit une part croissante dans la gestion du diocèse depuis les XIIe-XIIIe s. et exerça pour la première fois en 1261 son droit d'élire l'évêque. La charge de vicaire général est attestée dès 1277, celle d'official dès 1252. Le rôle de la chancellerie épiscopale s'accrut dès le milieu du XIIIe s. En 1484, les charges et compétences de tous les dignitaires du diocèse furent définies dans les Statuta curiae Basiliensis. Le Ceremoniale Basiliensis episcopatus de Hieronymus Brillinger (1517) décrit les usages liturgiques de la cathédrale au bas Moyen Age.

Les évêques de Bâle jusqu'à la Réforme
EpiscopatEvêqueEpiscopatEvêque
av. 343-apr. 346Justinien1216-1238Henri II de Thoune
Ve s.Pantale (légendaire)1238-1248Lüthold II de Rötteln
début du VIIe s.Ragnachaire1248-1262Berthold II de Ferrette
vers 740 (?)Walaus1263-1274Henri III de Neuchâtel
av. 749-762Baldobertus1275-1286Henri IV d'Isny
vers 800Waldo1286-1296Pierre Ier Reich de Reichenstein
av. 805-823Haito1296Lüthold III de Röttelna
823-apr. 835Udalricus1296Berthold de Rütia
vers 844-vers 847Wichard Ier1297-1306Pierre II d'Aspelt
av. 858-apr. 860Fridebertus1306-1309Othon de Grandson
années 860Adalwinus, Hartwig1309-1311Lüthold III de Rötteln
vers 867-vers 872Rodolphe Ier1309-1325Gérard de Vuippens
av. 892-apr. 898Iringus1325-1328Hartung Münch de Landskron
vers 915Adalbert Ier1325-1335Jean Ier de Chalon-Arlay
?-917 (?)Rodolphe II1335-1365Jean II Senn de Münsingen
?Ricuinus1365-1382Jean III de Vienne
vers 948Wichard II1381-1385Wolfhart d'Erenfelsa
vers 961Landelous1382-1392Werner Schalera
av. 999-1025Adalbert II1382-1391Imier de Ramsteina
1025-1040Udalricus II1391-1393Frédéric de Blankenheim
1040/1041-1056Theodoricus1393-1399Guillaume de Coudenberghea
1057-1072Beringerus1393-1395Conrad Münch de Landskrona
1072-1107Bourcard de Fenis1399-1417Humbert de Neufchâtel
1107-1122Rodolphe III de Homburg1418Conrad Elye
1122/1123-1133 (?)Berthold de Neuchâtel1418-1422Hartmann Münch de Münchenstein
1133Heinricus1423-1436Jean IV de Fleckenstein
1133-37Adalbert III1437-1451Frédéric zu Rheina
vers 1137-1164Ortlieb de Frobourg1437-1440Bernard de Ratsamhausena
1164-1179Louis de Frobourg1451-1458Arnold de Rotberg
1179-1180Hugues d'Asuel1458-1478Jean V de Venningen
1180-1190Henri Ier (de Hornberg ?)1479-1502Gaspard zu Rhein
1191-1213Lüthold Ier d'Aarbourg1502-1527Christophe d'Utenheim
1213-1215Walter de Rötteln  

a Double élection

Sources:Auteur, HS

Auteur(e): Veronika Feller-Vest / LA

2 - L'époque moderne

2.1 - Les événements

Au début du XVIe s., la Réforme fut adoptée par la ville de B. et sa campagne (1529), par le bailliage bernois de Bipp, par le nord du Sundgau, par les villes de Mulhouse et Munster et, dans le domaine temporel du prince-évêque, par les seigneuries d'Erguël et de Moutier, liées à Berne, par les bailliages de Zwingen, Pfeffingen et Birseck. Les évêques transférèrent leur résidence à Porrentruy, ville qui leur appartenait au temporel, mais qui relevait au spirituel de Besançon. L'évêque Jacques Christophe Blarer de Wartensee (1575-1608) ramena la partie septentrionale de son domaine temporel à la foi catholique et imposa la réforme tridentine: convocation d'un synode diocésain à Delémont en 1581, publication de nouveaux livres liturgiques entre 1583 et 1596, visites du diocèse (1586-1589 et 1601-1604), fondation à Porrentruy d'un collège de jésuites (1591) et d'un grand séminaire (1607-1608 et 1716-1792). Le XVIIIe s. vit les visites épiscopales s'intensifier, la formation des prêtres s'améliorer. En 1747, le nombre de jours fériés chômés passa de 44 à 18.

La Révolution française, dont l'évêque auxiliaire de B. Jean-Baptiste Joseph Gobel, futur archevêque constitutionnel de Paris, fut l'un des propagateurs locaux, provoqua l'effondrement des institutions ecclésiastiques. En 1790, la France créa un diocèse du Haut-Rhin, auquel elle adjoignit en 1793 la principauté épiscopale de B. qu'elle venait d'annexer. L'évêque François Joseph Sigismond de Roggenbach (1782-1794) prit la fuite et avec lui trois quarts des 670 clercs du diocèse; seule une minorité prêta serment à la Constitution. En 1801, le diocèse du Haut-Rhin fut réuni à celui de Strasbourg. En 1814, les territoires plus tard suisses furent restitués à l'évêque de B., François Xavier de Neveu (1794-1828), qui demeura cependant en exil à Offenburg (D).

Les évêques de Bâle à l'époque moderne
EpiscopatEvêqueEpiscopatEvêque
1502-1527Christophe d'Utenheim1693-1705Guillaume Jacques Rinck de Baldenstein
1527-1553Philippe de Gundelsheim1705-1737Jean Conrad de Reinach-Hirzbach
1554-1575Melchior de Lichtenfels1737-1743Jacques Sigismond de Reinach-Steinbrunn
1575-1608Jacques Christophe Blarer de Wartensee1744-1762Joseph Guillaume Rinck de Baldenstein
1608-1628Guillaume Rinck de Baldenstein1763-1775Simon Nicolas de Montjoye-Hirsingue
1628-1646Jean Henri d'Ostein1775-1782Frédéric Louis François de Wangen-Geroldseck
1646-1651Béat Albert de Ramstein1782-1794François Joseph Sigismond de Roggenbach
1651-1656Jean François de Schönau1794-1828François Xavier de Neveu
1656-1693Jean Conrad de Roggenbach  

Sources:Auteur

Auteur(e): Markus Ries / LA

2.2 - Organisation et institutions

En 1750, le diocèse de B. comprenait 358 paroisses, groupées en onze chapitres ruraux ou archidiaconats. Au temporel, celles qui ne dépendaient pas du prince-évêque relevaient du canton de Soleure (Buchsgau), de l'Autriche antérieure (Haute-Alsace jusqu'en 1648/1697, Fricktal) ou de la France (Haute-Alsace dès 1648/1697). En 1779, le diocèse acquit de l'archevêché de Besançon, en échange de vingt-neuf paroisses du Sundgau (doyenné de Masevaux), la juridiction spirituelle sur l'Ajoie et ses vingt paroisses, dont l'évêque de B. était déjà seigneur temporel.

Les princes-évêques, qui avaient tous reçu les ordres, étaient issus de la noblesse locale ou de celle de l'Empire. Leur double fonction spirituelle et temporelle était une entrave à l'influence de l'Eglise, notamment dans les périodes d'agitation politique, comme la Réforme, la guerre de Trente Ans ou les Troubles de l'évêché (1730-1740). Les affaires spirituelles incombaient à un évêque auxiliaire, ainsi qu'au conseil ecclésiastique, présidé par le vicaire général. Le pouvoir judiciaire était entre les mains de l'officialité, établie depuis 1529 à Altkirch (Alsace). Résidant à Fribourg-en-Brisgau depuis 1529, le chapitre s'installa à Arlesheim en 1678. Au début du XVIe s., le diocèse comprenait une centaine de couvents, chapitres et établissements religieux; la Réforme en fera disparaître un quart et la Révolution les quatre cinquièmes de ceux qui subsistaient; à l'inverse, leur nombre s'était très fortement accru pendant la Réforme catholique (fondations des jésuites et des capucins).

Auteur(e): Markus Ries / LA

3 - XIXe et XXe siècles

3.1 - Les événements

Le rétablissement du diocèse de B. fut perturbé au cours des premières décennies du XIXe s. par l'opposition entre des gouvernements cantonaux, le plus souvent libéraux, et un clergé majoritairement ultramontain et conservateur, qui jouissait du soutien des fidèles dans bien des endroits. Lors du Kulturkampf (1870-1884), on en vint à la rupture ouverte, lorsque la majorité des gouvernements cantonaux prononcèrent la destitution de l'évêque Eugène Lachat et firent exécuter leur décision en recourant à la force (1873). Dans le Jura bernois, les autorités essayèrent en vain d'installer un clergé loyal envers l'Etat. Conséquence de ces affrontements, les conservateurs catholiques se replièrent sur eux-mêmes et se dotèrent d'institutions particulières (journaux, écoles privées, parti, associations), qui dépassaient néanmoins le cadre diocésain. En revanche, les catholiques libéraux adhérèrent au nouvel Etat fédéral. Au XXe s., l'évolution démographique conduisit à la fondation de nouvelles paroisses catholiques dans des territoires autrefois exclusivement réformés et à la construction de nombreux édifices religieux. Depuis 1972, des laïcs sont associés aux clercs dans l'exercice de la pastorale. En 1999, le diocèse employait 1754 personnes, la plupart engagées par un contrat de droit privé. Le recrutement du clergé a subi une chute après chaque mutation profonde: victoire du libéralisme, Kulturkampf, crise du Modernisme et concile Vatican II.

Auteur(e): Markus Ries / LA

3.2 - Organisation et institutions

Le nouveau territoire diocésain, défini par le concordat de 1828 passé entre les gouvernements des cantons concernés et le Saint-Siège, comprenait d'abord les paroisses catholiques des cantons de Soleure, Lucerne, Berne (l'actuel canton du Jura) et Zoug. Y furent ajoutés en 1829 l'Argovie, la Thurgovie et ce qui allait devenir le demi-canton de B.-Campagne, en 1864 le reste du canton de Berne et en 1978 Schaffhouse, canton dont la population catholique était sous administration provisoire de l'évêque de B. depuis 1858. Les régions traditionnellement catholiques sont Lucerne, Zoug, le Jura, Soleure (sauf le Bucheggberg), le Birseck, le Fricktal et le Freiamt. Les villes de Berne et de B. relèvent aussi du diocèse; un huitième des paroisses environ sont francophones. L'évêque porta le titre "de B. et de Lugano" de 1888 à 1971, le diocèse de Lugano créé en 1888 ayant eu le statut d'administration apostolique jusqu'en 1971.

La refondation ne modifia pas les structures locales. On recensait ainsi dans le diocèse 385 paroisses et 250 000 catholiques en 1834, 379 et 411 000 en 1865, 530 et 1 115 775 en 1994. La forte croissance après 1945 s'explique par l'immigration de travailleurs étrangers et de leurs familles. Les paroisses sont regroupées en décanats (29 en 1834, 30 en 1928 et 36 en 1999). Depuis 1976, dix régions diocésaines, dirigées par des doyens régionaux, rassemblent chacune les paroisses d'un canton (il y avait auparavant des commissariats diocésains dans les cantons de Lucerne, Zoug et Thurgovie).

Deux vicaires généraux assistent l'évêque depuis 1926, ainsi qu'un, puis deux évêques auxiliaires (1976, 1987). Le chapitre collégial de Saints-Ours-et-Victor à Soleure fut érigé en chapitre cathédral en 1828. Il compte aujourd'hui dix-huit prêtres séculiers; ses dignitaires sont le prévôt et le doyen. Il exerce des fonctions liturgiques et détient le droit d'élire l'évêque. Depuis 1828, deux représentants du gouvernement ou de l'Eglise nationale de chaque canton forment la conférence diocésaine, organe de surveillance étatique. Deux conseils diocésains créés en 1967 défendent vis-à-vis de l'évêque, l'un les intérêts des fidèles, l'autre ceux des ecclésiastiques exerçant un ministère.

Les évêques de Bâle (XIXe-XXIe s.)
EpiscopatEvêqueEpiscopatEvêque
1828-1854Josef Anton Salzmann1925-1936Joseph Ambühl
1854-1862Karl Arnold-Obrist1936-1967Franz von Streng
1863-1884Eugène Lachat1967-1982Anton Hänggi
1885-1888Friedrich Fiala1982-1993Otto Wüst
1888-1906Leonhard Haas1994-1995Hansjörg Vogel
1906-1925Jakob Stammler1996-Kurt Koch

Sources:Auteur

De 1829 à 1965, l'évêque procédait généralement lui-même aux consécrations d'églises et aux confirmations. Jusqu'à la fin des années 1960, le diocèse avait son catéchisme obligatoire (paru pour la première fois en 1846) et son recueil de chants liturgiques (éditions de 1890, 1908, 1927, 1942). Des synodes ont été réunis en 1896, 1931, 1956 et 1972-1975, ce dernier dans le cadre du Synode 72 tenu dans l'ensemble de la Suisse et dont le but était la mise en application des décisions du concile Vatican II. Pour la première fois, des laïcs purent y prendre part. De 1860 à 1870, la formation des prêtres était assurée par le séminaire de Soleure, organisé sur une base concordataire. Fermé par ordre de l'Etat, il poursuivit son activité sur une base privée, puis fut transféré à Lucerne en 1878, où une faculté de théologie fut fondée en 1970. De 1928 à 1969, il y eut en outre à Soleure un second séminaire pour le cours d'ordination (cinquième année des études théologiques). Le diocèse a une fédération des céciliennes, fondée en 1886, organe faîtier des chorales d'église, et une association gérant depuis 1924 les subventions accordées aux édifices sacrés. Le financement des établissements diocésains bénéficie d'une aide de l'Etat convenue sur une base concordataire et, depuis 1971, de contributions des Eglises cantonales.

Auteur(e): Markus Ries / LA

Références bibliographiques

Bibliographie
  • Généralités

    HS, I/1, 127-436
  • Moyen Age

    – P. Bloesch Das Anniversarbuch des Basler Domstifts 1334/1338-1610, 2 vol., 1975
    – A. Kaspar, Das Basler Domkapitel an der Wende zur Neuzeit, mém. lic. Bâle, 1978
    – P. Preiswerk, Das Basler Domkapitel zur Zeit des Konzils von Basel 1431-1448, mém. lic. Fribourg, 1988
  • Epoque moderne

    – P. Braun, Joseph Wilhelm Rinck von Baldenstein (1704-1762), 1981
    – M. Jorio, Der Untergang des Fürstbistums Basel (1792-1815), 1982
  • Epoque contemporaine

    – V. Conzemius, 150 Jahre Diözese Basel, 1979
    – B. Ehrenzeller, Die Diözesankonferenz des Bistums Basel, 1985
– M. Ries, Die Neuorganisation des Bistums Basel am Beginn des 19. Jahrhunderts (1815-1828), 1992