22/08/2012 | communication | PDF | imprimer

Théosophie

Le terme théosophie vient du grec Theosophia (sagesse divine) et désigne une connaissance mystique du divin obtenue par la pratique d'une discipline spirituelle. Rattachée par ses fondateurs à l'école néoplatonicienne d'Alexandrie, mais placée au-dessus et en dehors des religions constituées, la Société théosophique est créée à New York en 1875 (auj. siège à Adyar, Madras, Inde) par Helena Petrovna Blavatski, Henry Steel Olcott et William Quan Judge. Elle a un triple but: former le noyau d'une fraternité universelle, encourager l'étude comparée des religions, des philosophies et des sciences et étudier les lois inexpliquées de la nature et les pouvoirs psychiques latents de l'homme (Esotérisme). Elle laisse à ses membres une entière liberté et ne leur impose aucun dogme. En Suisse, il existait des branches à Genève dès 1901, rattachées à la France; la charte constitutive de la section suisse de la Société théosophique date de 1910. Elle comptait à l'origine 61 membres, répartis en sept sections, avec un centre administratif à Genève, 260 en 1930, lorsqu'elle organisa le dixième congrès européen, 315 à la suite du quatrième congrès mondial tenu à Genève en 1936, 205 en 1967, répartis entre Genève, Lausanne, Bâle, Zurich, Bienne, La Chaux-de-Fonds et Locarno et entre 80 et 100 en 1999, répartis en cinq branches, toutes à Genève. En 2011, le centre de Genève comptait une trentaine de membres (en trois branches). A Ascona, un centre en activité depuis 2009 en dénombre une vingtaine. En Suisse alémanique, la Société théosophique bâloise fut fondée en 1902 (132 membres, répartis dans des sections de langue allemande à Bâle, Saint-Gall, Lugano, Berne, Zurich et Neuchâtel). Sous l'influence de Rudolf Steiner, cette société, sans rapports avec celle de Genève, est à l'origine de la Société anthroposophique suisse, fondée en 1920 (Anthroposophie).


Fonds d'archives
– Arch. de la section suisse de la Soc. théosophique, Genève
Bibliographie
– M. Bohrer, La théosophie au XXe s., 1948 (réimpr. 1982)
– C. Vidal-Graf, La théosophie à Genève au début du XXe s., mém. lic. Genève, 1992
– «Les postérités de la théosophie», in Politica Hermetica, 7, 1993, 6-124
– R. Schmidt, Rudolf Steiner und die Anfänge der Theosophie, 2010

Auteur(e): Fabrizio Frigerio