Libres penseurs

Le but de l'Association suisse de la libre pensée (ASLP) est d'encourager une réflexion autonome et critique basée sur une vision du monde et une éthique humaniste et scientifique. Rattachée jusqu'en 2010 à l'Union mondiale des libres penseurs et à l'Union internationale humaniste et éthique, l'ASLP est composée de sections régionales et s'emploie à la concrétisation de la liberté de conscience et de croyance ancrée dans la Constitution fédérale (art. 15). Elle soutient la séparation de l'Eglise et de l'Etat (Eglise et Etat) et la laïcisation de l'école, rejette toute prétention à l'absolutisme religieux ou politique et intervient pour le droit à l'autodétermination de l'individu et des peuples. Elle offre à ses membres des alternatives aux services de l'Eglise.

L'Association des libres penseurs de Suisse alémanique fut fondée en 1908. Elle s'allia aux groupes analogues de Suisse romande et du Tessin et entretint des rapports étroits avec les libres penseurs allemands. Elle connut une croissance rapide à ses débuts et stagna durant le premier conflit mondial. Dans l'entre-deux-guerres, elle vécut un nouveau développement, mais souffrit de la crise économique et de la guerre. Les libres penseurs s'engagèrent pour la paix et se positionnèrent contre toutes formes de totalitarisme politique. Partisans de l'évolutionnisme, agnostiques, voire athées (Athéisme), ils furent combattus par les cercles conservateurs de l'Eglise et de l'Etat: en 1933, le conseiller national Hans Müller attaqua les libres penseurs qu'il considérait comme les tenants d'un mouvement combattant activement la foi chrétienne et mettant en péril la paix religieuse. Son intervention fut cependant rejetée par le Conseil fédéral. A l'intérieur de l'ASLP, on vit également circuler les habituelles représentations simplificatrices des institutions ecclésiastiques. Le pédagogue Ernst Brauchlin, l'homme d'affaires Otto Kunz et l'écrivain Jakob Stebler furent les libres penseurs suisses les plus marquants. En 2011, l'ASLP comptait environ 1900 membres.


Sources imprimées
Freidenker, 1927-1952, 1956-
Le libre penseur, 1974-
Libero pensiero, 1982-1995
Bibliographie
– W. Baumgartner, Freidenkertum gestern und heute, 1983
– R. Barth, «Freidenker - Monisten - Gottlose», in Theologische Zeitschrift, 41, 1985, 412-433
– G. et G.O. Schmid, éd., Kirchen, Sekten, Religionen, 72003, 466

Auteur(e): Rudolf Dellsperger / WW