Recherswil

Comm. SO, distr. de Wasseramt. Village situé dans la plaine entre l'Emme et l'Oesch. 1278 Richirswile. 243 hab. en 1798, 404 en 1850, 864 en 1900, 989 en 1950, 1586 en 2000. Un site du Paléolithique a été repéré lors de sondages effectués en 1999 et des fragments de bracelets de la Tène ont été mis au jour en 1872. Les vestiges d'un château à douves, aujourd'hui disparus, ont été découverts en 1845 près de l'école. La basse justice passa de la seigneurie kibourgeoise de Halten à Soleure en 1466, la haute justice de Berne à Soleure en 1665. Au spirituel, les catholiques relevaient de la paroisse de Kriegstetten (auj. paroisse de Kriegstetten-Gerlafingen) et les protestants de celle de Soleure, puis de Derendingen dès 1901. Vers 1774, on construisit la chapelle Saint-Joseph. Après 1900, le village paysan de R. s'est transformé en localité de navetteurs. Outre les industries du Wasseramt, deux petites fabriques horlogères y offraient des places de travail. Vers 1960, plus des trois quarts de la population active travaillaient dans le secteur secondaire. En 2005, celui-ci fournissait encore 31% des emplois et le secteur primaire 18%. Le premier bâtiment scolaire remonte à 1834, l'éclairage électrique fut introduit en 1910. Entre 1941 et 1951, on procéda à des remaniements parcellaires et à la correction du cours de l'Oesch. L'autoroute A1, qui passe à la périphérie de R., fut inaugurée en 1965. Au début du XXIe s., le nouveau tracé de Rail 2000 nécessita de nouveaux remaniements parcellaires.


Bibliographie
– A. Jäggi, Aus dem alten Recherswil, [1943]
– L. Jäggi, A. Ingold, Solothurnisches Wasseramt, 1966
– R.M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 561-563

Auteur(e): Stefan Frech / DVU