Juvalta

Nom donné à deux châteaux forts en ruine de la comm. de Rothenbrunnen GR, Hochjuvalt et Innerjuvalt, qui appartinrent aux seigneurs de J.

1 - Hochjuvalt

Souvent appelée à tort Niederjuvalt, la ruine de Hochjuvalt, dressée sur un éperon rocheux étroit et abrupt, comprend deux parties: une avant-cour sur la rive du Rhin postérieur, dont il ne subsiste que les fondations d'un bâtiment carré, détérioré par la construction d'une route; plus haut, un corps principal, où l'on reconnaît les restes d'une tour maîtresse de cinq étages, d'un bâtiment annexe et de douves, ainsi que quelques vestiges de remparts. Le dispositif d'entrée est effondré. L'ancien sentier d'accès est recouvert d'éboulis. Hochjuvalt fut probablement érigé au XIIe s. comme résidence des seigneurs de J. Propriété de l'évêque de Coire en 1352, le château fut plusieurs fois cédé en gage au cours du XVe s. Vraisemblablement endommagé en 1451 lors de la guerre de Schams et désaffecté vers 1500, il était déjà en ruine vers 1550.

Auteur(e): Maria-Letizia Boscardin / FP

2 - Innerjuvalt

Souvent appelée à tort Oberjuvalt ou Hochjuvalt, la ruine d'Innerjuvalt occupe un piton rocheux dominant l'entrée du Domleschg, à l'est de Rothenbrunnen. Elle comprend plusieurs éléments. Sur le site du château supérieur, on construisit d'abord un corps de logis de deux étages (vers 1250), puis une tour principale et un second logis au sud. Une citerne et un four étaient inclus dans une enceinte extérieure. D'autres logements et des dépendances formaient le château inférieur. Des fouilles archéologiques (1980, 1982, 1990) ont fourni des indications importantes sur l'histoire des constructions et livré de petits objets de grande valeur. Erigé par les seigneurs de J. probablement vers 1250, abandonné peu après 1500, Innerjuvalt était déjà en ruine en 1550.

Auteur(e): Maria-Letizia Boscardin / FP

Références bibliographiques

Bibliographie
– O.P. Clavadetscher, W. Meyer, Das Burgenbuch von Graubünden, 1984, 127-132
– U. Clavadetscher, M. Janosa, «Die Burgruine Innerjuvalt bei Rothenbrunnen», in Archäologie in Graubünden, 1992, 314-320

Auteur(e): Maria-Letizia Boscardin / FP