Saint-Triphon

Village de la comm. d'Ollon VD, sur trois collines dominant la plaine du Rhône. 1332 Sancti Triphonis. 132 hab. en 1764, 395 en 1991, 431 en 2010. Vestiges du Néolithique moyen à l'époque romaine, avec nécropole du Bronze ancien et fosses-foyers pour la fonte du cuivre au Bronze final. La colline du Lessus est surmontée d'une tour carrée de 18 m de haut, probablement du XIIIe s., détruite en 1476; des consoles ou corbeaux supportaient un chemin de ronde disparu; vestiges d'une chapelle romane du XIIe s. En 1232, le comte de Savoie cède la maison forte de S. à Guy de Saillon. La seigneurie, morcelée au XIVe s. est reconstituée au XVIe s. (famille Rovéréa). De 1476 à 1798, S. est l'un des douze dizains du mandement d'Ollon dans le gouvernement d'Aigle. Signal d'alarme bernois. Carrières de marbre noir exploitées depuis le Moyen Age. Pont sur le Rhône. Station des lignes ferroviaires du Simplon (1857, désaffectée en 1994), et d'Aigle-Ollon-Monthey (1907). Accès à l'autoroute A9 (1986).


Bibliographie
– G. Kaenel et al., Saint-Triphon, Le Lessus (Ollon, Vaud), du néolithique à l'époque romaine, 1984
– A. Baud et al., Ollon Villars, 2007

Auteur(e): François Berger