Servet, Michel

naissance vers 1511 à Villanueva (Aragon), décès 27.10.1553 à Genève, cath., puis prot. Humaniste, éditeur de la Géographie de Ptolémée (1535), commentateur de la Bible d'Antonio [Santi] Pagnini (1542), S. étudia à Toulouse, Strasbourg et Bâle (1528-1533). La publication du traité De trinitatis erroribus (1531) valut à S., radicalement antitrinitaire, d'être chassé de Strasbourg. Il étudia la médecine à Paris; il fut longtemps considéré comme ayant découvert la circulation pulmonaire du sang, mais ceci a été réfuté. Sous le nom de Villanovanus ou Villeneuve, S. s'installa en 1540 à Vienne (Dauphiné) comme médecin de l'archevêque. Il y prépara son traité majeur, la Christianismi Restitutio, écho volontaire à l'Institution chrétienne de Calvin, où il développait sa critique de la Trinité et de la christologie. En 1546, il entra en correspondance avec ce dernier, qui lui répondit d'abord avec politesse, puis, face aux insultes répétées de S., de façon de plus en plus violente. En janvier 1553, S. fit imprimer clandestinement à Vienne sa Restitutio. Il fut dénoncé à l'Inquisition; Calvin fournit indirectement les pièces qui permirent de démontrer que Michel de Villeneuve n'était autre que S. Arrêté le 4 avril 1553, il s'échappa de la prison épiscopale le 7; condamné à Vienne, il y fut brûlé en effigie avec ses livres. Le 12 août, arrivé à Genève, arrêté, il subit un long procès qui comprit aussi la consultation des autorités des cantons réformés. Celles-ci furent unanimes sur la culpabilité de S. et sur la gravité de son cas. Le Magistrat genevois condamna S., le 27 octobre 1553, à être brûlé vif. Sa mort, seule exécution capitale pour hérésie dans la Réforme genevoise, déclencha une large polémique, lancée par Sébastien Castellion, sur la punition des hérétiques et sur la tolérance. Genève lui dressa en 1903 un monument expiatoire.


Bibliographie
– R.H. Bainton, Michel Servet, hérétique et martyr: 1553-1953, 1953
– V. Zuber, Les conflits de la tolérance: Michel Servet entre mémoire et hist., 2004
– V. Zuber, éd., Michel Servet (1511-1553): hérésie et pluralisme du XVIe au XXIe s., 2007

Auteur(e): Francis Higman