Stäfa (commune)

Comm. ZH, distr. de Meilen, sur la rive droite du lac de Zurich, comprenant, outre l'ancien village de S., les quartiers d'Ötikon, Oberhusen, Uelikon, Redlikon, Kehlhof et Uerikon. 972 Steveia; 809 Otinchova (Ötikon), 965 Urinchova (Uerikon). 3376 hab. en 1799, 3705 en 1850, 4228 en 1900, 5294 en 1950, 9937 en 1970, 11 567 en 2000. Vestiges d'une station littorale néolithique près du débarcadère d'Uerikon, sépulture de jeune fille de l'époque de La Tène à Ober-Redlikon, monnaies celtiques (or) et romaines (or et argent).

En 965, l'empereur Otton Ier offrit à l'abbaye d'Einsiedeln, avec l'île d'Ufenau, Pfäffikon et l'église de Meilen, des biens à Uerikon ayant appartenu à Säckingen. En 972, Otton II, co-empereur, confirma cette donation, à quoi s'ajoutaient des biens à S. Dès le XIVe s., les serfs dépendant de la seigneurie foncière d'Einsiedeln à S. apparaissent comme un groupe juridiquement distinct (à côté de paysans libres). Ils étaient subordonnés au mayor (Meier) ou amman; celui-ci résidait au Kelnhof, où se tenaient également le plaid de mai et le plaid d'automne. Leurs droits et leurs devoirs furent consignés par écrit en 1330 et 1331, en plus des dispositions relatives à la juridiction. La charge d'amman, de 1400 environ à 1548, fut détenue par des représentants de la famille Wirz, de Zurich. Leur résidence se trouvait à Uerikon, où, probablement à l'emplacement du château fort des chevaliers d'Uerikon, à côté d'une chapelle plus ancienne, ils firent construire en 1492 un nouveau château (dit Burgstall) et en 1531-1535 la "maison des chevaliers" (Ritterhaus), qui existent toujours. Les habitants des villages d'Ötikon, Oberhausen et Uelikon se regroupèrent en 1477 pour former une communauté d'usagers des forêts, qui en 1509 apparaît sous le nom de "commune des trois villages de S.", puis de "quartier du bas" dès 1548 (Niedere Wacht et plus tard aussi Untere Wacht); elle possédait, au lieudit In der Wanne, une chapelle avec des bains, démolie après la Réforme. Le "quartier du haut" (Oberwacht ou Wacht S.) est issu d'une communauté d'usagers des pâturages (l'accueil de nouveaux membres fut réglementé par Zurich en 1529, 1600 et 1625). Les deux quartiers constituaient ensemble une commune et formaient la paroisse de S. Un mémoire rédigé en 1794 à la Société de lecture de S. fut à l'origine de la décision des autorités d'occuper militairement la commune (affaire de Stäfa). Le 19 novembre 1830, plus d'une centaine de citoyens de tout le canton, réunis à S., prirent la résolution de convoquer l'assemblée populaire dite d'Uster, qui marqua le début de la Régénération à Zurich.

L'église, dédiée à sainte Vérène, fut probablement détachée d'Ufenau, qui relevait alors de Säckingen, entre 930 et 958. A l'origine, la paroisse comprenait S., Kehlhof, Ötikon, Oberhausen et Uelikon, mais non Uerikon, qui releva d'Ufenau jusqu'en 1530. L'église, avec d'autres possessions, passa à l'abbaye d'Einsiedeln, qui exerça le droit de patronage jusqu'en 1824. Ce droit fut alors cédé par traité au gouvernement zurichois, tandis que les dîmes d'Einsiedeln avaient déjà été rachetées par la commune en 1816. Rénovée en 1689, l'église fut agrandie en 1788 et munie d'un nouveau clocher en 1835-1837. L'église catholique Sainte-Vérène a été consacrée en 1948 (paroisse instituée en 1949).

En 1636, un marché hebdomadaire fut créé à Ötikon, et un grenier construit à la Haabe (démoli en 1868). La ferme de Redlikon, propriété d'Einsiedeln, était le centre de l'activité agricole de la commune. La viticulture y tenait une place assez importante et connut une forte extension au XVIIIe s. Au début du XXIe s., S. est la commune zurichoise abritant le plus de surfaces viticoles; l'agriculture n'y joue cependant plus un grand rôle. Diverses activités industrielles et artisanales sont présentes (aides auditives Phonak, construction d'appareils). La localité fut desservie par les bateaux à vapeur dès 1835 et raccordée au chemin de fer en 1894 (ligne Zurich-Rapperswil). Le téléphone fut installé en 1891, l'éclairage public en 1894, l'électricité en 1897, le gaz en 1907. La plus ancienne entreprise est la société anonyme Zürichsee Medien, qui fut jusqu'en 2010 l'éditrice du quotidien Zürichsee-Zeitung fondé en 1845.


Bibliographie
– P. Kläui, H. Frey, Stäfa, 2 vol., 1968-1969

Auteur(e): Peter Ziegler / LA