No 1

Foscolo, Ugo

naissance 6.2.1778 (Nicolò) île de Zante (alors sous domination vénitienne, auj. Grèce), décès 10.9.1827 à Turnham Green près de Londres, cath., de Venise. Fils d'Andrea, médecin, et de Diamantina Spathis. Célèbre poète, auteur notamment des Sepolcri (1806), des Grazie (1814), d'odes et de sonnets, et des Ultime lettere di Jacopo Ortis (1799). Le 31 mars 1815, F. s'enfuit de Milan, où il jouissait d'une solide réputation de lettré, pour se soustraire au serment de fidélité à l'empereur François Ier, auquel il était soumis comme officier de l'armée dissoute du royaume napoléonien d'Italie. Il se rendit d'abord à Lugano, avec l'intention de publier chez Veladini les Discorsi della servitù dell'Italia, qu'il avait commencés à Milan, mais après trois jours seulement, sans papiers, il abandonna le Tessin pour échapper à une mesure d'expulsion. Il séjourna plus d'un mois à Roveredo (GR) sous la protection du gouverneur Clemente Maria a Marca, puis il se rendit à Coire où il resta quelques jours. Vers la fin mai 1815, grâce à l'appui des diplomates russes Jean Antoine Capo d'Istria et Paul de Krüdener, il s'installa à Zurich et dans le village voisin de Hottingen. Introduit dans le milieu littéraire de la ville, il fréquenta le banquier Salomon Pestalozzi, l'écrivain Jakob Heinrich Meister et Johann Heinrich Füssli, de la maison d'édition Orell Füssli. Cet éditeur projeta de publier en allemand les Discorsi écrits en Suisse, mais le texte resta inédit pour des motifs politiques. Durant son séjour à Zurich, F. publia la troisième édition revue des Ultime lettere di Jacopo Ortis (aussitôt traduites en allemand par Johann Caspar von Orelli), la satire en prose latine Hypercalypsis et les Vestigi della storia del sonetto italiano, en trois exemplaires seulement. Il visita de nombreuses localités du Plateau et séjourna aux bains de Baden pour soigner une forte hémorragie nasale. F. quitta Zurich le 27 juillet 1816 et, après s'être arrêté quelques jours à Bâle, partit pour Londres, où il fut bien accueilli par les milieux libéraux anglais et les émigrés italiens.


Bibliographie
– U. Foscolo, Epistolario, éd. G. Gambarin, F. Tropeano, 6, 1996
– G. Martinola, Gli esuli italiani nel Ticino, 1, 1980, 21-39
DBI, 41, 457-473

Auteur(e): Carlo Agliati / LT