No 6

Junod, Henri-Alexandre

naissance 17.5.1863 à Saint-Martin (commune de Val-de-Ruz), décès 22.4.1934 à Genève, sépulture selon ses vœux à Rikatla (Mozambique), prot., de Lignières. Fils d'Henri, pasteur, et de Marie-Adèle Dubied. ∞ 1) 1889 Emilie Biolley, de Couvet, 2) 1904 Hélène Kern, de Zurich. Etudes de théologie à Neuchâtel. Missionnaire de la Mission suisse romande à Rikatla (1889-1896), fondateur d'une école évangélique à Shiluvane en Afrique du Sud (1899-1907). De retour à Rikatla en 1907, puis en Suisse en 1921. Dès 1895, J. s'était consacré à des recherches linguistiques et ethnologiques. Parmi les premiers à prendre en compte le contexte culturel des tribus dans l'exercice de son activité missionnaire, il critiqua, dans ses œuvres littéraires et dans sa correspondance, les effets de l'impérialisme et du capitalisme sur la population indigène. Bien qu'aujourd'hui il faille considérer ses écrits avec prudence, surtout du point de vue méthodologique, ils représentent une source inestimable d'informations sur l'Afrique entre 1890 et 1920. Président du Bureau international pour la défense des indigènes.


Oeuvres
Grammaire ronga [...], 1896
The Life of a South African Tribe, 1912-1913
Bibliographie
– P. Harries, «The anthropologist as historian and liberal: Henri-Alexandre Junod and the Thonga», in Journal of Southern African Studies, 88, 1981, no1, 37-50
– P. Harries, Photography and the Rise of Anthropology: Henri-Alexandre Junod and the Tonga of Mozambique and South Africa, 2002
– S. Reubi, «Aider l'Afrique et servir la science: Henri Alexandre Junod, missionnaire et ethnographe (1863-1934)», in RHN, 2004, 197-214

Auteur(e): Stephanie Summermatter / EVU