Winznau

Comm. SO, distr. de Gösgen, entre l'Aar et un contrefort du Dottenberg, comprenant, outre W., les domaines forains de Balmis, Holz et Wilmatt. 1266 Winzenowe. 173 hab. en 1739, 268 en 1804, 350 en 1850, 392 en 1900, 974 en 1950, 1700 en 2000. Vestiges magdaléniens au Käsloch et au Köpfli, romains et alamans au centre du village. Le site du château fort de W. a été fouillé en 1944 et 1961. Au bas Moyen Age, la haute justice appartint aux Frobourg, puis aux seigneurs de Gösgen, la basse justice aux seigneurs de Wartenfels. Soleure acquit ces droits en 1458 et 1465 et rattacha W. au bailliage de Gösgen (jusqu'en 1798). Il exista un péage de 1473 à 1682. Au spirituel, W. releva d'Obergösgen, de Lostorf (1533-1644), à nouveau d'Obergösgen, puis devint paroisse en 1887. Une chapelle Saint-Jean est mentionnée en 1480; l'église Saint-Charles-Borromée fut consacrée en 1924 (restaurée en 1975). Les protestants de W., qui ouvrirent une maison de paroisse en 1979, forment avec Trimbach un cercle de la paroisse d'Olten. La petite paysannerie et l'artisanat prédominaient; on comptait en 1813 dix-sept tisserands, dont deux passementiers, la plupart employés des marchands-entrepreneurs d'Aarau Johann Rudolf Meyer et Peter Bally. Journaliers et petits paysans fournirent des bras aux ateliers ferroviaires d'Olten dès leur ouverture. Un bac sur l'Aar fonctionna au Hasli de 1841 à 1900 et un autre à la Rankwog de 1874 à 1903 (remplacé alors par un pont), pour les ouvriers travaillant dans la zone industrielle d'Olten. Le village fut relié à Olten par une diligence (dès 1871), puis par un bus (1924). Les baraquements de Tripolis, entre Trimbach et W., logèrent de 1912 à 1916 les 3000 ouvriers étrangers, surtout italiens, qui percèrent le tunnel de base du Hauenstein. Le canal d'Oberwasser, alimentant la centrale électrique de Gösgen, fut creusé de 1913 à 1917. Quelques établissements industriels se sont installés après 1960.


Bibliographie
– H. Brunner, Winznau, 1991

Auteur(e): Hans Brunner / PM