28/07/2010 | communication | PDF | imprimer

Obergösgen

Comm. SO, distr. de Gösgen, comprenant le village d'O. sur l'Aar et le quartier de Schachen. 1161 Gozequouon, 1308 Göskon superior. 133 hab. en 1739, 203 en 1798, 366 en 1850, 428 en 1900, 924 en 1950, 1941 en 2000. Habitat néolithique au Stöckerwald; quatre tumulus celtiques, découverts en 1903, contenant des urnes funéraires et d'autres récipients. O. appartenait aux seigneurs de Gösgen, également propriétaires du patronage de l'église Saint-Denis, qui résidaient probablement au château fort de Mottenburg, érigé entre l'Aar et le Stegbach aux Xe/XIe s. Passé à Soleure en 1458, lorsque la ville acheta la seigneurie de Gösgen, O. devint en 1831, après la réorganisation du canton, le siège du préfet et du tribunal du district. La paroisse d'O. englobait Winznau. L'actuelle église Sainte-Reine-Marie, dont le clocher date de 1509, fut consacrée en 1954. La paroisse protestante d'O. forme avec Lostorf une circonscription de la paroisse de Schönenwerd et dispose d'un pasteur depuis 1984. Le bac reliant O. et Dulliken de 1580 jusqu'à la guerre des Paysans fut remis en service en 1811 et remplacé par un pont en bois en 1915. Jusqu'à la fin du XIXe s., la localité fut une étape pour le flottage du bois. En 1808, l'agriculture occupait quarante-huit personnes à plein temps et cinquante-sept à titre accessoire; on comptait cinq toiliers. Dès le milieu du XIXe s., petits paysans et journaliers purent travailler pour la fabrique de rubans et de chaussures Bally à Schönenwerd ou pour les bonnetiers d'Olten (travail à domicile et en fabrique). Le canal de l'usine électrique Winznau-Niedergösgen fut construit en 1913-1917. Diverses petites entreprises s'installèrent dans la commune après 1960. Relié à Olten par une diligence (dès 1871), puis par un car postal (dès 1924), le village abrite depuis 1973 le centre d'enseignement secondaire des communes d'O., Winznau, Lostorf, Stüsslingen et Rohr (SO).


Bibliographie
– A. Furrer, «Die Grabhügel von Obergösgen», in ASA, N.S., 6, 1904/1905
– A. Furrer, «Refugium mit Schloss Gösgen », in ASA, N.S., 12, 1910
– H. Sigrist, «Der Kauf der Herrschaft Gösgen», in JbSolG, 31, 1958, 5-20
– A. Schluchter, Das Gösgeramt im Ancien Régime, 1990
– T. Bitterli, «Burg Obergösgen», in Archäologie des Kantons Solothurn, 7, 1991, 77-102

Auteur(e): Hans Brunner / EVU