Witterswil

Comm. SO, distr. de Dorneck, dans le Leimental moyen au pied du Witterswilerberg. 1268 Witerswilr. 256 hab. en 1798, 298 en 1850, 260 en 1870, 303 en 1900, 321 en 1950, 1290 en 2000. Vestiges d'une villa gallo-romaine sous l'église actuelle, tombes du haut Moyen Age. W. faisait partie de la seigneurie de Rotberg. Dans la seconde moitié du XVe s., Soleure chercha à y prendre pied contre les prétentions de Bâle et, en 1486, acheta le domaine (Dinghof) de W. dont Elisabeth de Falkenstein, abbesse de Säckingen, avait hérité. En 1515, la ville acquit la seigneurie de Rotberg. Paroisse en 1441, W. pencha en 1529 pour la Réforme, mais fut rattaché en 1533 avec Bättwil à la paroisse catholique de la Weisskirch près de Leymen (auj. Alsace). En 1791, elle forma avec Bättwil un vicariat qui fut élevé au rang de paroisse en deux étapes (1808, 1818). L'église de 1641 fut agrandie en 1842. A partir de la fin du XXe s., présence d'industrie et d'artisanat. Le centre de recherches agrobiologiques de l'ancienne entreprise Sandoz fut transformé entre 1996 et 1999 en centre technologique. Le village a évolué en commune résidentielle dont les habitants travaillent surtout à Bâle.


Bibliographie
– E. Baumann, Geschichte der Pfarrgemeinde Witterswil-Bättwil, 1943
– E. Baumann, Vom solothurnischen Leimental, 1980, 289-347
Archäologie des Kantons Solothurn, 4, 1985, 7-32
– R. M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 680-682

Auteur(e): Lukas Schenker / FP