• <b>Philippe-Sirice Bridel</b><br>Portrait en décembre 1786, eau-forte réalisée par le pasteur bâlois  Johann Rudolf Huber (Musée historique de Lausanne).

No 12

Bridel, Philippe-Sirice

naissance 20.11.1757 à Begnins, décès 20.5.1845 à Montreux, prot., de Moudon. Fils de Jean-Daniel-Rodolphe, pasteur, et d'Anne-Rachel Alibert. Frère de Jean-Louis-Philippe ( -> 8) et de Samuel-Elisée ( -> 13). ∞ Louise-Françoise Secretan, fille de Jean-Abram, conseiller et banneret du Pont à Lausanne. Après avoir fait des études de théologie à l'académie de Lausanne, B. est consacré en 1781. Suffragant à Prilly, pasteur de l'Eglise française de Bâle (1786-1796), de Château-d'Œx (jusqu'en 1805), de Montreux (jusqu'à sa mort). Doyen de la classe de Lausanne-Vevey (1811-1814), d'où le nom de "doyen Bridel". B. est surtout connu pour son intérêt pour le folklore, les traditions populaires, la géographie régionale, les sciences naturelles (il partage le goût de son frère Samuel-Elisée pour la botanique), la démographie (à la suite du recensement de 1798). Il est l'auteur de nombreuses œuvres littéraires, en prose et en vers, qu'il a pour la plupart rassemblées dans les Etrennes helvétiennes, almanach qu'il publia à partir de 1783 et qu'il remania à maintes reprises jusqu'à la parution du Conservateur suisse en treize volumes (1813-1831). B. puise son inspiration chez les grands auteurs alémaniques du XVIIIe s. (Gessner, Haller, Bodmer, Breitinger et surtout Lavater), qu'il adapte ou imite, et chez Rousseau (La Nouvelle Héloïse). Ses tentatives de créer une poésie nationale suisse d'expression française, où les Alpes constituent un thème dominant et où l'amour de la Suisse transcende l'identité cantonale, sont généralement jugées sévèrement, même si l'on peut, avec Gonzague de Reynold, discerner chez lui l'émergence de la poésie romande. Il fut l'un des rares membres romands de la Société helvétique. On doit encore à B., qui compta parmi les fondateurs de la Société d'histoire de la Suisse romande, un Glossaire du patois de la Suisse romande (1866).

<b>Philippe-Sirice Bridel</b><br>Portrait en décembre 1786, eau-forte réalisée par le pasteur bâlois  Johann Rudolf Huber (Musée historique de Lausanne).<BR/>
Portrait en décembre 1786, eau-forte réalisée par le pasteur bâlois Johann Rudolf Huber (Musée historique de Lausanne).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds, BCUL
Bibliographie
Recueil de généal. vaudoises, 1, 1922, 651
– A.-F. Bregnard, Ch. Mueller Inventaire sommaire du fonds Philippe-Sirice Bridel, 1986
– Francillon, Littérature, 1, 239-241

Auteur(e): Michel Grandjean