No 2

Amport, Jakob

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 1580 à Berne, décès 1636 à Lausanne, sépulture cathédrale de Lausanne, prot., de Berne. Fils de Christian ( -> 1). ∞ Catherine Michel (?). Etudes à Berne et à Franeker (Pays-Bas), docteur en théologie. Professeur de philosophie à Lausanne en 1608 et de théologie en 1610. Patricien bernois, A. exerçait de ce fait une très grande influence sur l'académie de Lausanne, dont il fut recteur (1610-1616, 1619-1626). Il intervint en 1623 pour que les classes pastorales soient privées du droit de consacrer les candidats au ministère, réservé désormais à l'académie. Dans son traité de polémique Orthodoxae fidei defensio (1613), il s'opposa au socinien polonais Christophe Ostorod. A partir de 1615 environ, A. inaugura à Lausanne le régime des thèses en latin, imprimées, qui visaient le plus souvent l'Eglise romaine. A. fut en contact avec de nombreux contemporains tel Joseph-Juste Scaliger à Leyde. Il fut connu aussi sous le nom latin ad Portum.


Bibliographie
– H. Vuilleumier, Hist. de l'Eglise réformée du pays de Vaud sous le régime bernois, 2, 1929, 177-182

Auteur(e): Irena Backus