Hochwald

Comm. SO, distr. de Dorneck, comprenant le village-rue de H. sur le plateau de Gempen et les hameaux de Herrenmatt et Tiefenthal. 1225-1226 in villa Honwalt. 255 hab. en 1798, 420 en 1804, 624 en 1850, 582 en 1900, 479 en 1930, 463 en 1950, 899 en 1990, 1124 en 2000. Vestiges néolithiques, traces de centuriation de l'époque romaine, tombes du Moyen Age. Le couvent de Schönthal possédait des biens à H. en 1225/1226. Le village, propriété de l'évêque de Bâle, fut donné en gage aux Ramstein avec la seigneurie de Birseck en 1373. En 1509, l'évêque l'hypothéqua avec la basse juridiction à la ville de Soleure (bailliage de Thierstein, juridiction de Dorneck). En 1530, celle-ci acheta en outre au chapitre cathédral le patronage de l'église (dédiée à saint Gall). A la Réforme, H. se tourna d'abord vers la foi nouvelle. Mais Soleure imposa le retour au catholicisme et la paroisse fut réunie à Seewen (1533/1534). Le village fut desservi par un vicaire dès 1756 et eut à nouveau son propre curé en 1798. La commune a toujours eu un caractère agricole (cultures fruitières notamment, production de cerises et de gelée de cynorrhodon). Elle fournissait du bois de chauffage à Bâle; elle accueillit à la fin du XIXe s. une retorderie de soie, un atelier de tourneur et deux tuileries. A la fin du XXe s., tout en abritant quelques petites entreprises, H. devint une commune résidentielle (essor démographique exceptionnel dû à la proximité de Bâle et à des terrains bien situés).


Bibliographie
MAH SO, 3, 1957, 300-303
Kirche St. Gallus Hochwald, 1980
– R.M. Kully, Solothurnische Ortsnamen, 2003, 372-373

Auteur(e): Lukas Schenker / FP