17/11/2009 | communication | PDF | imprimer

Ottenbach

Comm. ZH, distr. d'Affoltern. Village à proximité de la Reuss qui fait frontière avec le canton d'Argovie. 831 in loco vocato marcha Hotumbacharia, 1169 Arnoldus de Ottonbac. 22 feux en 1467, 320 hab. en 1650, 1169 en 1850, 1107 en 1900, 971 en 1950, 2164 en 2000. Villa romaine sur l'Isenberg. O. se développa autour d'un croisement de routes. Après l'incendie de 1753, les maisons furent rebâties plus espacées les unes des autres. O. fit partie de la juridiction de Maschwand, dans le bailliage zurichois de Knonau. Un curé et, de façon indirecte, la paroisse sont mentionnés en 1226 (copie du XIVe s.). Johann von Gösgen possédait les droits de patronage en 1323 et partageait les dîmes avec le chapitre de Saint-Léger à Lucerne. A la fin du XVe s., le prêtre Johann Günther apparaît comme bénéficier à O.; après qu'il eut accepté en 1488 une prébende de chanoine au Grossmünster de Zurich, il dut renoncer à sa prébende paroissiale vers 1492 sous la pression du Conseil de Zurich. Probablement pour consolider sa seigneurie territoriale, Zurich acquit les droits sur la prébende en 1493. En 1566, selon l'Einzugsbrief (limitation d'accès à la bourgeoisie), quatre jurés étaient à la tête de la commune. Cinquante-deux ayants droit exploitaient environ 200 poses de communaux. Sous l'Helvétique, la commune civile (Zivilgemeinde) d'O. fut réunie aux cinq autres communes civiles de l'ancienne paroisse d'O. pour former la commune politique d'O. Les querelles dues aux différences socioculturelles entre le village d'O., voué à l'industrie à domicile, et ses quartiers extérieurs (Aussenwachten), dédiés à l'agriculture, amenèrent les cinq communes civiles à se détacher d'O. pour former la commune d'Obfelden (1847). En 1850, O. abolit la commune civile et remit en 1855 les droits d'exploitation des forêts à une corporation. En 1784, près de la moitié de la population était occupée dans la filature du coton; le recensement cantonal de 1836 signale "un grand nombre de tisserandes et de tisserands". La fabrique de tissus de soie Bodmer & Hürlimann (ouverte en 1867, agrandie en 1871, Mechanische Seidenstoffweberei Zürich dès 1887) passa en 1932 à A.F. Haas & Co. AG; elle arrêta sa production en 1975. Pont sur la Reuss (1864). Améliorations foncières (1966). Le plan de zones (1956-1960) préluda au développement résidentiel périurbain de la commune. En 2005, le secteur secondaire fournissait 24% et le tertiaire 68% des emplois.


Bibliographie
– B. Schneider, Ottenbachs Bevölkerung im Wandel der Zeit, 1986
– U. Pfister, Die Zürcher Fabriques, 1992, 421-422

Auteur(e): Martin Illi / OME