10/08/2016 | communication | PDF | imprimer | 
No 1

Wernle, Paul

naissance 1.5.1872 à Hottingen (auj. comm. Zurich), décès 11.4.1939 à Bâle, prot., d'Aarau et Bâle. Fils de Christian Fürchtegott, droguiste et chimiste, de Kirchheim unter Teck (Wurtemberg), puis d'Aarau, et de Susanna Sophie Louise Ringier. ∞ 1) 1901 Maria Elisabeth Liechtenhahn, fille de Karl Eduard, 2) 1924 Anna Maria Nussberger, fille de Gustav. Etudes de théologie à Bâle (dès 1891) et à Göttingen (dès 1894). Lecteur à l'Institut Frey-Grynaeus (1901). Privat-docent de Nouveau Testament (1897), professeur extraordinaire (1900), puis ordinaire d'histoire moderne de l'Eglise, d'histoire des dogmes, de l'enseignement réformé et de la théologie protestante à l'université de Bâle (1905-1927, retraite pour raison de santé). Issu d'une famille piétiste, grande figure du libéralisme théologique du début du XXe s., W. se tourna de plus en plus vers l'histoire au détriment de la théologie. Auteur d'ouvrages importants sur le Nouveau Testament et de Der schweizerische Protestantismus im 18. Jahrhundert (3 vol., 1923-1925), considéré comme son œuvre principale. Docteur honoris causa des universités de Marbourg (1903) et de Bâle (lettres, 1925).


Bibliographie
– Th.K. Kuhn, «Theologisch-historische Leidenschaften: Paul Wernle», in Im Spannungsfeld von Gott und Welt, 1997, 135-158

Auteur(e): Thomas K. Kuhn / ARI