12/02/2014 | communication | PDF | imprimer
No 1

Stumpf, Johannes

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 23.4.1500 à Bruchsal (Bade),décès 1577/1578 à Zurich, du diocèse de Spire, de Zurich en 1548. Fils de Hans, tanneur et avoyer, et de Margaretha Zwyr. ∞ 1) 1529 Regula Brennwald, fille de Heinrich Brennwald, 2) 1562 Barbara Ruf, sœur de Jakob Ruf, 3) 1572 Agnes Edlibach, fille de Gerold Edlibach. Beau-frère de Hans Edlibach, Jakob Edlibach et Ludwig Edlibach. Ecoles à Bruchsal, Landau (Palatinat), Durlach (Bade) et Strasbourg, études à Heidelberg (1519). Au service du notaire épiscopal de Spire (1520), S. fit la connaissance de Johann von Hattstein et entra dans l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Collège de l'ordre à Fribourg-en-Brisgau (1521). Ordonné à Bâle en 1522, la même année prieur et curé de la commanderie de Bubikon. S., qui avait déjà été en contact avec les idées de la Réforme, se convertit à la nouvelle foi en 1528. Il rejoignit Zwingli et, avec Konrad Schmid, combattit le mouvement anabaptiste qui prenait de l'ampleur dans l'Oberland zurichois. En 1528, il accompagna Zwingli à la dispute de Berne. Nommé doyen de la classe de Wetzikon (1532), il fut ensuite pasteur de Stammheim (1543) et doyen de la classe de Stein am Rhein (1548). En 1561, pour raison de santé, il demanda à être libéré de ses fonctions et se retira à Zurich en 1562. Historiographe, S. recopia la chronique de la Suisse de Heinrich Brennwald, qu'il poursuivit jusqu'à son époque (auj. connue comme chronique de la Réforme). Son œuvre majeure est une description historique et topographique de la Suisse, parue en 1547-1548 (Gemeiner loblicher Eydgnoschafft [...] beschreybung); elle est le fruit de son étroite collaboration avec des savants comme Heinrich Bullinger, Vadian et Aegidius Tschudi, ainsi que de voyages qu'il entreprit pour consulter des archives (Reisebericht von 1544). Cet ouvrage, qui marque la transition entre le dialecte alémanique et le nouveau haut allemand écrit, relate l'histoire de la Suisse, des Helvètes à la Réforme, d'un point de vue plutôt hostile aux Habsbourg, raison pour laquelle il fut interdit par Charles Quint. En 1554, S. en publia une version abrégée et modifiée (Schwytzer Chronica). Un choix de cartes parmi celles figurant en annexe fut également édité séparément en 1548 (Landtafeln); il s'agit du premier atlas de la Suisse. D'autres œuvres de S. sont consacrées au Jugement dernier (1563), à l'histoire du concile de Constance (1541) et à l'empereur Henri IV (1556). S. rassembla en outre des documents relatifs à l'histoire de la dispute sur la Cène et traduisit un texte de Ludwig Lavater sur ce sujet.


Oeuvres
– «Reisebericht von 1544», in QSG, 6, 1884
– E. Gagliardi et al., éd., Johannes Stumpfs Schweizer- und Reformationschronik, 2 vol., 1952-1955
– F. Büsser, éd., Beschreibung des Abendmahlsstreites, 1960
Fonds d'archives
– StAZH
– ZBZ
Bibliographie
– A. Bonomo, Johannes Stumpf, der Reformator und Geschichtsschreiber, 1923
– H. Müller, Der Geschichtsschreiber Johannes Stumpf, 1945
– C. Santschi, «Stumpf et l'historiographie valaisanne», in Vallesia, 24, 1969, 153-210
– Feller/Bonjour, Geschichtsschreibung, 1, 144-153

Auteur(e): Christian Moser / MBA