07/06/2013 | communication | PDF | imprimer

Welschenrohr

Comm. SO, distr. de Thal. Village sur la route Balsthal-Moutier (unique rue de la localité jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale). 1179 Rore, franç. Rosières. 384 hab. en 1800, 721 en 1850, 893 en 1900, 1385 en 1950, 1427 en 1970, 1171 en 2000.

En 1179, le patronage et les dîmes appartenaient au chapitre de Moutier-Grandval, qui desservait la chapelle Saint-Nicolas. Fief de l'évêque de Bâle (nominalement jusqu'en 1669), W. releva dès 1427 de la haute justice soleuroise (juridiction de Matzendorf dès 1535). Soleure acquit en 1569 le patronage et les dîmes. W. fut érigé en paroisse en 1609. Une nouvelle église dédiée aux saints Théodule et Antoine de Padoue fut construite de 1673 à 1677 (agrandie en 1928). Au XXe s., la commune connut des affrontements entre la majorité écrasante des radicaux et la minorité des conservateurs catholiques (conflit suscité par le curé August Ackermann de 1909 à 1912, construction de l'école enfantine catholique en 1960).

La préindustrialisation (mines de Gänsbrunnen et verreries dans le ressort de Matzendorf) apporta à la commune, pauvre jusque-là, une modeste aisance. Dès 1778, W. bénéficia d'un maître d'école permanent. L'industrie horlogère s'implanta vers la fin du XIXe s. et occupa bientôt toute la population, dans de nombreux ateliers, les femmes à domicile, les hommes en fabrique. Jusqu'à sa fermeture en 1980, l'usine Technos des frères Gunzinger joua un rôle prépondérant (550 collaborateurs vers 1965), faisant de W. l'un des centres de l'horlogerie soleuroise. Cette industrie engendra une prospérité supérieure à la moyenne, malgré des crises répétées. Grâce aux démarches originales (et remarquées loin à la ronde) de la commission locale de promotion économique, de nouvelles entreprises s'établirent en 1981 (électronique, mécanique de précision), brisant ainsi la monoculture industrielle. W. disposa d'une école de district de 1904 à 1983. La population diminua entre 1960 et 1980 en raison de l'émigration des jeunes vers le Plateau. En 2000, 48% des personnes actives travaillaient hors de la commune, dans les régions de Soleure et d'Olten.


Bibliographie
MAH SO, 3, 1957, 112-117
– W. Allemann, O. Meier, 800-Jahrfeier Welschenrohr, 1979
– U. Fink, Kulturkampf in Welschenrohr 1909-1912, 1991
– U. Fink, éd., Fleissige Hände. Uhrenindustrie in Welschenrohr und im Thal (1880-1980), 2000
– C. Schmid, «Aufstieg und Niedergang der Uhrenindustrie in Welschenrohr», in JbSolG, 73, 2000, 117-177

Auteur(e): Urban Fink / EVU