• <b>Balthasar Hubmaier</b><br>Portrait posthume de l'anabaptiste; gravure sur cuivre du XVI<SUP>e</SUP> siècle (Universitätsbibliothek Basel). A l'arrière-plan, l'exécution de Hubmaier sur le bûcher (à gauche) et celle par noyade de sa femme Elsbeth Hügline.

No 1

Hubmaier, Balthasar

naissance début des années 1480, décès 10.3.1528 à Vienne, anabaptiste, de Friedberg (près d'Augsbourg). ∞ 1525 Elsbeth Hügline, de Reichenau. Doctorat en théologie à Ingolstadt (1512). Maître d'école à Schaffhouse, professeur et vice-recteur de l'université d'Ingolstadt; prédicateur à la cathédrale de Ratisbonne. Dès le début de 1523, H., passé à la nouvelle foi, fut actif à Waldshut. En contact avec les milieux réformés zwingliens de Saint-Gall, Zurich et Appenzell, il s'entretint avec Zwingli lui-même au sujet du baptême des enfants et prit part à la seconde dispute de Zurich, au cours de laquelle il se prononça contre le culte des images et la messe. En 1523 et 1524, une députation impériale à Waldshut exigea en vain qu'il soit remis à la justice autrichienne. Fuyant cette menace, H. séjourna deux mois à Schaffhouse (1524). Après que des soldats volontaires zurichois eurent empêché une intervention militaire impériale à Waldshut, il revint dans cette ville, développant des contacts avec Thomas Müntzer et les anabaptistes zurichois. S'étant fait baptiser en 1525 (les anabaptistes ne reconnaissant pas le baptême des enfants), il baptisa lui-même quelque 300 adultes. Avant la prise de la ville par les troupes impériales, il s'enfuit à Zurich, auprès des anabaptistes groupés autour de Heinrich Äberli, mais lui et sa femme ne tardèrent pas à être arrêtés. L'Autriche demanda, à nouveau en vain, qu'on lui remît. H. En décembre 1525, H. abjura sa foi par écrit, pour la défendre en public quelques jours plus tard. Arrêté à nouveau, ayant abjuré une seconde fois, il fut relâché en 1526 et banni. Il séjourna alors à Constance, à Augsbourg, enfin à Nikolsburg (auj. Mikulov) en Moravie, où il prit la tête de la communauté anabaptiste. Arrêté à la fin juillet 1527, il fut conduit à Vienne et envoyé au bûcher. Sa femme fut noyée trois jours plus tard. Prédicateur doué et théologien considéré, H. est désigné en quatrième position après Luther, Zwingli et Calvin par le concile de Trente. Son attitude conciliante face à l'autorité (il fut surnommé Schwertler, épée, car il ne revendiquait pas le refus de servir) le distinguait des autres anabaptistes, apolitiques et pacifistes (appelés Stäbler, bâtons).

<b>Balthasar Hubmaier</b><br>Portrait posthume de l'anabaptiste; gravure sur cuivre du XVI<SUP>e</SUP> siècle (Universitätsbibliothek Basel).<BR/>A l'arrière-plan, l'exécution de Hubmaier sur le bûcher (à gauche) et celle par noyade de sa femme Elsbeth Hügline.<BR/>
Portrait posthume de l'anabaptiste; gravure sur cuivre du XVIe siècle (Universitätsbibliothek Basel).
(...)


Oeuvres
– B. Hubmaier; G. Westin, T. Bergsten, éd.,Schriften, 1962
Bibliographie
– Ch. Hege, éd., Mennonitisches Lexikon, 2, 1937, 353-363
– C. Windhorst, «Balthasar Hubmaier, Professor, Prediger, Politiker», in Radikale Reformatoren, éd. H.J. Goertz, 1978, 125-136

Auteur(e): Ulrich J. Gerber / VW