No 4

Fröhlich, Samuel Heinrich

naissance 4.7.1803 à Brugg, décès 15.1.1857 à Strasbourg, néobaptiste, de Brugg. Fils de Samuel, tanneur et sacristain, et de Gottliebin Berger. Cousin d'Abraham Emanuel ( -> 1) et de Friedrich Theodor ( -> 2). ∞ 1836 Susette Brunschweiler, fille de Johann Joachim Brunschweiler. Etudes de théologie à Zurich et Bâle. En 1826, influencé par les frères moraves et par François Fénelon, il se tourna vers le mouvement du Réveil, ce qui lui vaudra d'être destitué de ses fonctions de suffragant à Leutwil (1828-1830). Il fut baptisé en 1832 par Ami Bost, puis il baptisa lui-même des membres de son ancienne paroisse. Ils formèrent la communauté évangélique anabaptiste appelée aussi "fröhlichienne" (depuis 1990 Bund der Evangelischen Täufergemeinde). F. fut exclu du ministère en Argovie. Ses activités parmi les adeptes du Réveil qui s'étaient regroupés autour de la famille du fabricant Brunschweiler à Hauptwil prirent fin par une scission. F. fut expulsé. Comme évangéliste, il fonda de nouvelles communautés, surtout en Suisse alémanique. Dès 1844, il organisa à partir de Strasbourg des rassemblements en Alsace et dans le Pays de Bade. Accusant l'Eglise d'Etat d'être "antichrétienne", il n'accordait crédit qu'au baptême d'adultes réellement convertis; il exigeait le respect des justes principes dans la vie et dans la foi et considérait le refus du service militaire pour raison de conscience comme parfaitement légitime d'un point de vue chrétien. Son influence se propagea jusqu'en Hongrie, où les nazaréens adhérèrent à son mouvement. Des émigrés créèrent des communautés fröhlichiennes aux Etats-Unis, sous l'appellation d'Eglise chrétienne apostolique.


Bibliographie
– G. Alder, Die Tauf- und Kirchenfrage in Leben und Lehre des Samuel Heinrich Fröhlich, 1976
– B. Ott, Missionarische Gemeinde werden, 1996

Auteur(e): Rudolf Dellsperger / DVU