23/11/2011 | communication | PDF | imprimer

Semsales

Comm. FR, distr. de la Veveyse, ayant fusionné avec La Rougève en 1968, au pied des Préalpes fribourgeoises (Niremont, Les Alpettes), traversée par l'axe Bulle-Châtel-Saint-Denis, l'autoroute A12 et le chemin de fer Bulle-Palézieux. Vers 1100 septem salis. 666 hab. en 1850, 909 en 1900, 849 en 1950, 1019 en 2000. Haches du Bronze au Clos Moyon, tertre à la Montaneire (tumulus hallstattien?). S. apparaît dans une bulle pontificale de 1177 comme cella du Mont-Joux (Grand-Saint-Bernard); il était prieuré en 1228 et le prieur était seigneur de S. et curé. En 1536, Fribourg se saisit de S. et l'intégra en 1537 dans le bailliage de Rue. Puis S. fut rattaché à celui de Châtel-Saint-Denis (1581), enfin au district de la Veveyse (1848). Le prieuré fut cédé par le Mont-Joux en 1602 au chapitre collégial de Saint-Nicolas de Fribourg, le bâtiment vendu en 1782 à un particulier. De l'église Saint-Nicolas construite en 1632-1636, il reste la tour. La décoration de l'édifice néoroman (groupe de Saint-Luc), consacré en 1926, est due surtout au peintre italien Gino Severini; chapelle Notre-Dame de Niremont (1869). Selon la tradition, un glissement de terrain aurait englouti le village au XIIIe s.; reconstruit à l'ouest, il fut ravagé par un incendie en 1830 (42 maisons détruites). Sur la route Fribourg-Vevey, S. abrita un péage jusqu'en 1848. La verrerie dite de S., en plein essor au XIXe s., se trouvait à Progens. D'abord agricole et artisanal, S. accueillit dès les années 2000 plusieurs industries qui, avec l'autoroute (1981), contribuèrent à la reprise démographique. Un tiers de la superficie communale est livré à l'exploitation forestière. Le Niremont abrite aussi des hauts marais protégés d'importance nationale (sentier didactique de la tourbière).


Bibliographie
– Dellion, Dict., 11, 104-122
– M.-Th. Torche-Julmy, «L'église de Semsales», in Pro Fribourg, 117, 1997, 73-77
HS, IV/1, 274-275

Auteur(e): Jean-Claude Vial