18/12/2014 | communication | PDF | imprimer | 

Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR)

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

La Société suisse de radiodiffusion, qui deviendra la Société de radiodiffusion et télévision (SSR) en 1960, fut créée en 1931 à Berne par les responsables de programmes régionaux comme organisation faîtière au niveau national (Radio). Elle se constitua en association de droit privé avec siège à Berne et nomma à sa tête un délégué du comité. Depuis 1936, elle est administrée par un directeur général. Les concessions régionales furent dès lors supprimées par le Conseil fédéral et la SSR fut la seule organisation suisse à recevoir une concession et des redevances pour l'organisation de programmes radiophoniques. Elle devint rapidement l'organe de coordination nationale de la radiodiffusion suisse. Le monopole de fait dont elle jouissait dura jusqu'en 1983. Le délégué du comité (puis le directeur général) assumait la responsabilité de toutes les émissions de la SSR devant le Conseil fédéral, haute autorité de surveillance. Le directeur général fait donc partie, au début du XXIe s. encore, du cercle des personnalités publiques particulièrement influentes. Sur la base de la concession octroyée par le Conseil fédéral en 1931, suspendue de 1939 à 1945 pendant la Deuxième Guerre mondiale, et régulièrement étendue depuis lors, la SSR doit fournir des programmes dans le cadre d'un mandat public. Elle ne poursuit aucun but lucratif et se doit d'être au service de l'ensemble de la population en offrant une information complète, ainsi que des programmes culturels et de divertissement. La péréquation financière institutionnalisée dès la fondation entre les différentes régions linguistiques permet de fournir des prestations égales dans toutes les langues officielles.

La loi fédérale sur la radio et la télévision, entrée en vigueur en 1992 et révisée en 2007, confirma la fonction et le statut particuliers de la SSR en tant que diffuseur national. Après la création de la SSR, les sociétés radiophoniques régionales (1923 Lausanne, 1924 Zurich, 1925 Berne et Genève, 1926 Bâle, 1930 Saint-Gall et Lugano, 1946 Lucerne et Coire) lui déléguèrent la plupart de leurs compétences. Mais, jusque dans les années 1960, les organisations pionnières exercèrent une forte influence sur la politique financière et la gestion du personnel. Au début du XXIe s., les sociétés régionales de radio et de télévision, en tant qu'organisations membres, jouent encore un rôle important dans les relations avec le public. Avec l'extension de la concession à la diffusion de programmes de télévision, la SSR, de par sa structure fédéraliste, fut soumise à une forte pression et dut aller vers une professionnalisation et une centralisation. Un premier service expérimental de télévision fut inauguré en 1953 et l'exploitation définitive commença en 1958. Le fonctionnement fut rationalisé une première fois en 1964 avec le développement de fortes unités régionales linguistiques. Mais la SSR ne parvint à maîtriser la forte croissance due au développement de la télévision que dans les années 1970 et au début des années 1980. Grâce à une profonde réorganisation, tous les secteurs furent dotés d'instruments modernes de planification et de contrôle. La SSR a su conserver sa position dominante sur le marché de la radiodiffusion, libéralisé en 1983, et utilise la numérisation pour élargir son offre publicitaire. En 2010, elle produisait et diffusait dix-huit programmes radio et huit programmes TV dans les quatre langues nationales, des services de télétexte en allemand, français et italien et des prestations en neuf langues sur Internet. Le budget annuel global, qui se monte à environ 1,6 milliard de francs (2010), est couvert pour trois quarts par les redevances et pour un quart par la publicité à la télévision, introduite en 1965, et d'autres rentrées d'argent. Les programmes sont produits par cinq unités d'entreprise totalisant environ 5000 postes à plein temps. L'une d'elles, Swissinfo (Service suisse des ondes courtes de 1935 à 1978, Radio Suisse Internationale de 1978 à 2000), occupe une place à part avec ses émissions plurilingues destinées à l'étranger. En 2011, les départements de la radio et de la télévision ont été regroupés au niveau de l'organisation et des services journalistiques.


Bibliographie
– M.T. Drack dir., La radio et la télévision en Suisse, 2 vol., 2000
– Th. Mäusli, A. Steigmeier, éd., La radio et la télévision en Suisse, 2006 (all. 2006)

Auteur(e): Edzard Schade / MBA