• <b>Cinémathèque suisse</b><br>Réparation de films en 1950, dans les premiers locaux de la cinémathèque, alors située au parc Mon-Repos à Lausanne (Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne, Photo Presse-Diffusion). L'opérateur-technicien prépare et entretient les films afin qu'ils soient toujours prêts à être projetés. Les opérations de restauration à proprement parler ne commenceront que dans les années 1970. Elles se sont poursuivies sans interruption étant donné la tâche de sauvegarde du patrimoine cinématographique de l'institution.

Cinémathèque suisse

Installée à Lausanne, la Cinémathèque suisse a pour tâche de recueillir, conserver et mettre en valeur tout document, filmique ou non, lié à l'histoire du cinéma, quelle qu'en soit l'origine, don, dépôt volontaire ou acquis. Sa reconnaissance par la Confédération (loi sur le cinéma du 28 septembre 1962, art. 6b) lui confère un statut national. C'est à ce titre, par exemple, qu'en l'absence d'un dépôt légal pour les œuvres cinématographiques, elle archive depuis 1972 chaque film primé par le Département fédéral de l'intérieur. Constituée en  1948, la Cinémathèque joua rapidement, en particulier par le biais des ciné-clubs, un rôle central dans l'établissement d'une culture cinématographique en Suisse. Elle avait hérité cette vocation ainsi que ses collections initiales des Archives suisses du film, première institution du genre créée en Suisse (Bâle, 1943-1948). La présence quasi exclusive sur le marché suisse de films importés permet à la Cinémathèque de recueillir une large collection de longs métrages étrangers (env. 90% des fonds) déposés par les distributeurs à l'expiration du contrat d'exploitation commerciale. Son intervention active dans le domaine de la sauvegarde patrimoniale commença en 1971. Association simple devenue fondation en 1981, la Cinémathèque est membre de la Fédération internationale des archives du film et membre fondateur de Memoriav, association pour la sauvegarde de la mémoire audiovisuelle suisse (1995). Dirigée par Claude Emery (président de la Fédération suisse des ciné-clubs, 1948-1951), Freddy Buache (son maître d'œuvre, 1951-1996), Hervé Dumont (1996-2008), Marc Wehrlin (par intérim, 2008-2009) et Frédéric Maire (dès 2009), elle a depuis 1981 son siège et ses salles de projection au casino de Montbenon à Lausanne.

<b>Cinémathèque suisse</b><br>Réparation de films en 1950, dans les premiers locaux de la cinémathèque, alors située au parc Mon-Repos à Lausanne (Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne, Photo Presse-Diffusion).<BR/>L'opérateur-technicien prépare et entretient les films afin qu'ils soient toujours prêts à être projetés. Les opérations de restauration à proprement parler ne commenceront que dans les années 1970. Elles se sont poursuivies sans interruption étant donné la tâche de sauvegarde du patrimoine cinématographique de l'institution.<BR/>
Réparation de films en 1950, dans les premiers locaux de la cinémathèque, alors située au parc Mon-Repos à Lausanne (Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne, Photo Presse-Diffusion).
(...)


Bibliographie
– F. Buache, Livre d'or de la Cinémathèque suisse, 1981
– R. Cosandey, «A la recherche des sources», in Equinoxe, 7, 1992, 125-138

Auteur(e): Roland Cosandey