• <b>Agences de presse</b><br>Hans Gerber, Sepp Schmid et Walter Studer (de gauche à droite), reporters de l'agence Photopress, au Tour de Suisse de 1941 ou 1942 sur les rives du lac de Zoug  © KEYSTONE/Photopress.

Agences de presse

Les agences de presse fournissent en permanence aux médias des informations (textes, photos, illustrations, films, son) qu'elles récoltent, achètent, sélectionnent, complètent, modifient, commentent, traduisent, selon des critères définis. Elles offrent, contre paiement, tout ou partie de leurs services à un grand nombre de clients (ou de coopérateurs). Entreprises privées ou publiques, elles opèrent à l'échelon national, régional, international ou transnational et sont liées entre elles par des contrats d'échange d'informations.

Les agences de presse modernes virent le jour dans la première moitié du XIXe s. De profonds changements sociaux, économiques et politiques, l'institution de l'Etat de droit bourgeois, la reconnaissance du rôle politique de l'opinion publique firent naître alors la Presse moderne à grand tirage. Les agences de presse allaient répondre à l'attente du public des journaux, friand d'Informations, et à celle de banques et entreprises industrielles à l'affût d'informations économiques.

L'invention du Télégraphe électrique (1837) facilita la circulation des informations, devenues marchandises. Leur diffusion rapide, leur masse croissante et l'alourdissement des coûts de transmission rendirent indispensable, pour des motifs économiques et de rationalisation, la création d'agences de presse autonomes. Les agences étrangères, qui opéraient aussi en Suisse, à savoir Havas (France, 1835), Associated Press (AP, Etats-Unis, 1848), Wolffsches Telegraphenbüro (WTB, Allemagne, 1849) et Reuters (Grande-Bretagne, 1851), sont considérées comme les fondatrices de la branche. Elles dominèrent rapidement le marché et fixèrent leurs sphères d'influence dans une convention cartellaire, en 1870, suivant en cela les pratiques impérialistes de leurs gouvernements. Les agences nationales purent obtenir et diffuser des informations seulement par l'intermédiaire du cartel. Celui-ci fut supprimé en 1934 au profit de contrats d'échange directs.

AP et Reuters existent encore; Havas a fait place à l'Agence France-Presse (AFP) en 1944. Le WTB fusionna avec la Telegraphen-Union (TU) en 1934, devenant le Deutsches Nachrichten-Büro (DNB) national-socialiste, auquel a succédé la Deutsche Presse-Agentur (DPA) en 1949. Jusqu'à l'effondrement de l'URSS en 1991, la Telegrafnoïe Aguentstvo Sovetskogo Soïouza (TASS), fondée en 1925, était une agence à vocation mondiale. Aujourd'hui, les agences de presse des pays industriels occidentaux, AP, Reuters, AFP et United Press International (UPI), créée en 1958, dominent le marché de l'information. Il existe une disparité entre le Nord et le Sud. Après l'émancipation des pays du Tiers-Monde, cette constatation a suscité, dans le cadre de la mondialisation des communications et compte tenu de la création, sous l'égide de l'Unesco, de très nombreuses agences de presse nationales, un courant de pensée qui revendique l'institution d'un nouvel ordre international de l'information, assurant des flux libres et équilibrés.

<b>Agences de presse</b><br>Hans Gerber, Sepp Schmid et Walter Studer (de gauche à droite), reporters de l'agence Photopress, au Tour de Suisse de 1941 ou 1942 sur les rives du lac de Zoug  © KEYSTONE/Photopress.<BR/><BR/>
Hans Gerber, Sepp Schmid et Walter Studer (de gauche à droite), reporters de l'agence Photopress, au Tour de Suisse de 1941 ou 1942 sur les rives du lac de Zoug © KEYSTONE/Photopress.
(...)

La première agence de presse suisse et l'une des premières d'Europe à être organisée en coopérative, l'Agence télégraphique suisse (ATS), fut créée à Berne en 1894 pour rendre la presse suisse indépendante des agences étrangères. Suivirent la Presse télégraphique suisse (1916) et la Correspondance politique suisse (CPS, 1944-1993, fondée en 1917 sous le nom de Schweizer Mittelpresse). Durant les deux guerres mondiales, la Suisse joua un rôle de plaque tournante: on y compta par moments jusqu'à cinquante agences de presse suisses et étrangères. Après 1945, l'ATS et la CPS dominèrent le marché suisse, mais durent faire face à la concurrence des services suisses d'agences étrangères (UPI de 1961 à 1972, Deutscher Depeschen-Dienst, ddp de 1972 à 1983, AP dès 1981). Depuis 1994, seules l'ATS et AP sont actives sur le plan national. La Sportinformation (SI), seule agence de presse sportive suisse, fut fondée en 1922 à Zurich sous le nom de Sportnachrichten-Bureau et connut d'emblée le succès.

Dès les années 1930, des agences photographiques apparurent aussi sur le marché suisse. La première (Illustrations- und Photopress AG, ou simplement Photopress) fut fondée à Zurich (1931-1980). ATP-Bilderdienst (d'après les initiales de son fondateur Arnold Theodor Pfister) fut créée en 1936. Reprise par Ringier en 1962, elle fusionna avec Ringier Illustrations Press Service (Rips, fondée en 1945) pour former Ringier Bilderdienst (Ribidi; Ringier Dokumentation Bild RDB dès 1978). D'autres agences photographiques virent le jour: Presse-Diffusion Lausanne (1936-1972), Comet (1952-1999), Interpresse (1953-1976), Actualité Suisse Lausanne (1954-2000) et Keystone (dès 1953, devint ensuite leader de la branche).

L'histoire des agences de presse est liée à celle des techniques: télégraphe, téléphone, radiotélégraphie, télex, télécopieur, plus récemment communication par satellite (premier satellite géostationnaire en 1963) et informatique. Le progrès technique a révolutionné le travail des agences et leur a permis de répondre aux besoins diversifiés de la société de communication actuelle.


Bibliographie
– H. Höhne, Geschichte der Nachricht und ihrer Verbreiter, 1977
– J. Fenby, The international news services, 1986
– P. Zschunke, Agenturjournalismus, 1994
– R. Blum et al., Die AktualiTäter, 1995

Auteur(e): Peter Meier / AN