20/10/2008 | communication | PDF | imprimer | 
No 7

Haller, Berchtold

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 1494 (1490?) à Aldingen (Wurtemberg), décès 25.2.1536 à Berne, d'origine paysanne. ∞ 1529 Apollonia vom Graben, peut-être fille naturelle de Pierre du Terreaux. Ecoles à Rottweil, à Pforzheim (avec Philippe Melanchthon et Simon Grynaeus), bachelier ès arts à Cologne (1511). Assistant à l'école latine de Berne (1513), prêtre à la collégiale et chanoine (1520). Le rôle de H. dans la Réforme bernoise fut d'accueillir et de répercuter dans la cité de l'Aar, de manière prudente, crédible et persévérante, les idées venues de Wittenberg, de Zurich et d'Allemagne du Sud. Pendant longtemps, il n'eut guère de succès et, conscient des lacunes de sa formation, se laissa volontiers aider et conseiller. Suivant le modèle de son ami Ulrich Zwingli, il se lança en 1523 dans une exégèse complète de la Bible (lectio continua). A la dispute de Baden (1526), il ne laissa pas Johannes Eck deviner le fond de sa pensée sur la présence réelle; à Berne cependant, on le dispensa de l'obligation de dire la messe et l'on créa pour lui un poste de prédicant. Pour la dispute de 1528, il rédigea avec Franz Kolb dix thèses dans l'esprit de Zwingli. Face aux anabaptistes, aux cantons catholiques, aux insurgés de l'Oberland, il adopta une attitude modérée, sans pour autant nier les désaccords. Avec l'aide de Zurich (pour l'ordonnance ecclésiastique) et de Strasbourg (pour le synode), il organisa l'Eglise réformée bernoise et reçut le titre de premier doyen en 1532. Tout en s'acquittant de ses nombreuses tâches, il resta en contact avec d'autres responsables de la Réforme en Suisse (Guillaume Farel à l'ouest, Heinrich Bullinger à l'est), mais ne réussit pas à étendre le mouvement à Soleure, en 1530.


Bibliographie
TRE, 14, 393-395
– G.W. Locher, éd., Der Berner Synodus von 1532, 2, 1988, 374-376, 450-451
Berchtold Haller ,1494-1536, 1994

Auteur(e): Rudolf Dellsperger / PM