13/11/2012 | communication | PDF | imprimer | 
No 9

Brunner, Emil

naissance 23.12.1889 à Winterthour, décès 6.4.1966 à Zurich, prot., de Zurich. Fils d'Emil, instituteur, et de Sophie Müller. ∞ 1916 Margrit Lauterburg. Enseignement religieux chez Hermann Kutter, études de théologie à Zurich et Berlin, licence en 1912. Mobilisé pendant la Première Guerre, vicaire, pasteur d'Obstalden (1916-1924), B. étudia la psychologie de la religion à New York (1920), fut privat-docent (1921), puis professeur ordinaire (1924-1953) de théologie systématique et pratique à l'université de Zurich, où il succéda à Leonhard Ragaz; professeur invité au séminaire de théologie de Princeton (1937-1938) et à l'université chrétienne de Tokyo (1953-1955). Représentant éminent d'une pensée humaniste et libérale ayant ses sources dans le christianisme, il eut de nombreux disciples parmi les pasteurs et les universitaires. Dans le contexte idéologique des années 1930, des chefs d'entreprise et des syndicalistes recherchèrent le dialogue avec lui pour traiter des problèmes relatifs au travail, à l'Etat et au droit. Cette activité est à l'origine du foyer Boldern qu'il créa après la guerre. Des séjours aux Etats-Unis et à Londres le mirent en contact avec le mouvement œcuménique. Joseph Houldsworth Oldham, initiateur de la conférence mondiale de 1937 à Oxford, recourut largement à lui pour la préparer. B. professait que la religion chrétienne est reconnaissance de la vérité de Dieu et de l'homme et refusait une approche critique, idéaliste, psychologique ou s'appuyant sur l'histoire des religions. Il soulignait l'importance de la raison dans la perception de la volonté divine (reconnaissance naturelle de Dieu) et se heurta à la résistance de Karl Barth qui lui reprocha une conception anthropocentrique de la foi. La théologie de B. servit de référence au parti chrétien-démocrate allemand (CDU), lequel réunit catholiques et protestants.


Fonds d'archives
– Fonds, StAZH
Bibliographie
– P. Vogelsanger, éd., Der Auftrag der Kirche in der modernen Welt, 1959, 349-370 (avec bibliogr.)
– M. Schoch, «Emil Brunner», in Gegen die Gottvergessenheit, éd. S. Leimgruber, M. Schoch, 1990, 312-330

Auteur(e): Max Schoch / AN