19/01/2011 | communication | PDF | imprimer

Saint-Antoine

Comm., FR, distr. de la Singine, comprenant le village de S. et les hameaux de Bächlisbrunnen, Burg, Burgbühl, Guglenberg, Henzenried, Lampertshalden, Lehwil, Mellisried, Niedermonten (ancien nom franç. Montagny-Dessous), Niedermuhren, Obermonten (ancien nom franç. Montagny-Dessus), Schwenny, Tutzishaus, Weissenbach et Winterlingen. 1690 S. Antonii, all. Sankt Antoni. 1002 hab. en 1811, 1276 en 1850, 1523 en 1900, 1652 en 1950, 1924 en 2000. On a découvert en 1970 un tumulus hallstattien au Grossholz. Après avoir formé sous le nom de Schrickschrot l'un des quatre quartiers (Schrote) de la paroisse de Tavel, dans les Anciennes Terres, S. devint une commune en 1831. La chapelle Saint-Antoine (construite vers le milieu du XVe s., agrandie en 1770 et 1857), relevant de Tavel et pour laquelle une chapellenie fut fondée en 1767, fut remplacée en 1894 par l'église actuelle, érigée en paroisse la même année. En 1866, les protestants ouvrirent leur école et inaugurèrent leur temple (paroisse créée en 1867). Jusqu'au XXe s., la commune fut l'une des plus pauvres de la partie alémanique du canton. Vers 1900, son centre se déplaça de Niedermonten vers le village de S., en raison de la construction de l'église et de l'installation d'entreprises (surtout du bâtiment). En 2005, le secteur primaire fournissait encore un bon tiers des emplois.


Bibliographie
– K. Buchs, St. Antoni - gestern und heute, 1985

Auteur(e): Peter F. Kopp / HR