14/05/2009 | communication | PDF | imprimer

Haute-Argovie

L'édition imprimée de cet article comporte des infographies. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Région du Plateau, à basse et moyenne altitude, entre Napf et Jura, formant l'extrémité nord-est du canton de Berne (all. Oberaargau). La H. s'étend de Berthoud au premier chaînon du Jura (englobant la région de Bipp au nord de l'Aar) et de l'Emme à l'ouest jusqu'au Rot et à la Murg à l'est. Elle comprend les districts d'Aarwangen et de Wangen, ainsi qu'une partie de ceux de Berthoud et de Fraubrunnen.

La notion d'Argovie supérieure apparaît dans des documents dès le IXe s. (861 in superiori pago Aragauginse, 891 in superiore Argowe, etc.) et celle de H. au XIe s. (1040 in comitatu Oberargeuue). Ces termes désignaient alors la partie supérieure de l'ancienne Argovie, c'est-à-dire la vallée de l'Aar entre la Murg et le lac de Thoune, dans un sens tantôt purement géographique (in pago ...), tantôt politique (comté: infra comitatum ...). A l'époque du landgraviat de Bourgogne (XIIIe-XVe s.), la même région s'appelait juridiction de Murgeten. Sous le régime bernois, la H. ne constituait pas une entité politique et n'avait pas d'unité juridique. Berne envisagea certes, au XVe s., d'inclure le nord de l'ancien landgraviat dans le "comté" de Wangen, lequel aurait ainsi correspondu à l'actuelle H. Mais finalement, le territoire fut divisé en deux bailliages (Wangen et Aarwangen), auxquels celui de Bipp fut rattaché pour des raisons administratives. On parlait globalement, aux XVIIe et XVIIIe s., des drei Ämter (les trois bailliages, avec un greffe commun à Wangen an der Aare), mais ils n'étaient pas soumis à un droit unifié, sauf en matière de commerce et d'artisanat.

La H. réapparaît dans la terminologie officielle au XVIIe s. pour désigner un cercle de recrutement militaire regroupant les bailliages de Wangen, Aarwangen, Bipp et Aarbourg et, parfois, des parties de ceux de Berthoud, Landshut et Fraubrunnen. Après 1815 (rattachement du Jura), la H. devint peu à peu l'une des grandes régions du canton de Berne. Cercle électoral pour le Conseil national (1848), englobant les districts de Wangen, Aarwangen, Berthoud et Fraubrunnen (dès 1851), elle joua un rôle politique jusqu'à l'introduction de la proportionnelle en 1919. L'administration cantonale bernoise comença à mettre en place vers 1900 divers arrondissements (militaire, forestier, d'estimation, etc.) de H.; ils incluaient généralement les districts de Wangen et d'Aarwangen. Au début de 1997 fut créée dans le cadre de la réforme judiciaire la région Emmental-H., qui comprend trois arrondissements judiciaires et du registre foncier, dont le IVe (distr. de Wangen et d'Aarwangen) et le Ve (distr. de Berthoud et de Fraubrunnen).

Bien que la H. n'ait pas toujours été une réalité solidement définie, le terme est tout à fait usuel. A Langenthal, qui en est le centre, la population la perçoit comme une entité sur le plan économique et culturel: on parle de l'industrie de la H. et il existe par exemple une société de tir, un établissement médico-social, un almanach de la H. Hors du canton de Berne, la région est souvent attribuée à tort au canton d'Argovie.


Sources imprimées
SDS BE, II/10
Bibliographie
– B. Stettler, Studien zur Geschichte des obern Aareraums im Früh- und Hochmittelalter, 1964
– K.H. Flatt, Die Errichtung der bernischen Landeshoheit über den Oberaargau, 1969
– A.-M. Dubler, «Begriff und Umfang des Oberaargaus im Wandel der Zeit», in Jahrbuch des Oberaargaus, 2001

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / DVU