02/07/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Alterswil

Comm. FR, distr. de la Singine, comprenant le village-rue d'A., à 10 km à l'est de Fribourg, et les hameaux d'Äckerli, Bennewil, Galtern, Gerewil, Heimberg, Wengliswil, Wilersgut, Wolgiswil, Zumholz et Zitterli. 1148 Alterihcwilere, 1228 Vilar Altri. 973 hab. en 1831, 1002 en 1850, 1365 en 1900, 1613 en 1950, 1532 en 1970, 1881 en 2000.

Les plus anciens vestiges archéologiques remontent à l'âge du Bronze. Ruines d'une villa à Heimberg. A partir du XIIe s., la juridiction appartenait aux chevaliers de Maggenberg et passa, à leur extinction, aux Velga, bourgeois de Fribourg. Il subsiste un donjon en ruine du château fort érigé vers la fin du XIIIe s. à Ober-Maggenberg. Dès 1148 au plus tard, le village d'A. appartint au prieuré clunisien de Rüeggisberg, dont dépendit au XIIIe s. un prieuré d'A., mentionné en 1228; chapelle Saint-Nicolas, probablement antérieure à 1148. A. fut réduit en cendres par les Bernois en 1386. Après l'incorporation de Rüeggisberg au chapitre de Saint-Vincent à Berne (1484), celui-ci céda ses droits sur A. à la ville de Fribourg le 30 mars 1486. Dès le XIIe s., les comtes de Thierstein eurent des terres à A. Ils vendirent leurs fiefs à la ville de Fribourg en 1442. Dès 1445, A. fit partie de la paroisse de Tavel et de la bannière de l'Auge dans les Anciennes Terres de Fribourg, en partie sous le nom de Juchschrot. La chapellenie d'A., fondée dans la première moitié du XVIIIe s., se détacha de Tavel pour former un rectorat en 1885, puis une paroisse en 1894. La commune d'A. est issue de Juchschrot en 1832. Outre l'agriculture, le tressage de la paille joua un rôle important durant la première moitié du XVIIIe s. A. eut au XIXe s. jusqu'à quatre moulins et trois scieries. De 1848 à 1977, il exista une école protestante. Durant ces dernières décennies, l'agriculture a fortement reculé. Une politique particulièrement dynamique en matière de construction a récemment entraîné un afflux de navetteurs, dont la proportion atteignait 67% de la population active en 1990.


Bibliographie
– M. Schaller, Alterswil, 1982
HS, III/2, 689-693

Auteur(e): Jean-François Steiert / FS