25/08/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Rüschlikon

Comm. ZH, distr. de Horgen, partie de l'agglomération zurichoise, sur la rive gauche du lac. 1153-1155 Rouslinchoven. 40 feux en 1467, 515 hab. en 1671, 825 en 1836, 909 en 1850, 1567 en 1900, 3316 en 1950, 4858 en 2000. Couches d'occupation de la civilisation de Horgen (Néolithique) près de R.-Röhrli (sondage archéologique en 1977), tumulus de Hallstatt avec tombe à incinération et offrandes funéraires près de R.-Feldimoos (1964), tombes en cistes du haut Moyen Age (découvertes anciennes). Le domaine de R. relevait pour les haute et basse justices du Grossmünster de Zurich (coutumiers de 1346 et 1390); il existait en outre une juridiction de R., mentionnée en 1335, aux mains des Habsbourg. Tous les droits sur le village passèrent à la ville de Zurich, dans le bailliage (Obervogtei) de Horgen lorsqu'elle acquit en 1406 l'ancien bailliage de Horgen-Maschwanden et qu'elle sécularisa en partie le chapitre du Grossmünster à la Réforme. Jusqu'en 1798, R. appartint au sous-bailliage de Thalwil-Kilchberg et fut le siège du tribunal. La taverne de la Rose, attestée en 1530, servit au début de maison de commune à tous les villages de la paroisse de Kilchberg. La source d'eau minérale sulfureuse de Nidelbad, connue depuis le XVIe s., accueillit des curistes de 1709 à 1890. Du Moyen Age au début du XVIIIe s., les habitants relevèrent de la paroisse de Kilchberg. Une église fut construite en 1713 pour remplacer la chapelle filiale dédiée à saint Nicolas, mentionnée en 1314. La paroisse protestante date de 1721. Les catholiques dépendent de la paroisse de Thalwil-R. (rectorat de R. en 1969, église Saint-Nicolas en 1982).

A côté de la culture des champs et de l'élevage du bétail, le village pratiquait aussi la viticulture. Johann Jakob Scheuchzer décrivit les tourbières du marais au XVIIIe s. Des sources de revenus non agricoles apparurent tôt, en particulier la bonneterie. En 1787, R. comptait septante-deux métiers à tisser la mousseline alors que quatorze personnes seulement travaillaient le coton. Au XIXe s., les manufactures de faïence de Jakob Fehr et Johannes Scheller (1830-1866) ainsi qu'une fonderie, une tannerie et une fabrique de tissage de la soie (toutes dans la seconde moitié du siècle) fournirent de nouveaux emplois. La route du lac (1838), la ligne de chemin de fer de la rive gauche (1875) et l'autoroute A3 (1966) ouvrirent la localité au trafic. Le laboratoire de recherche d'IBM fut transféré d'Adliswil à R. en 1962; entre 1968 et 1983, une vingtaine d'autres entreprises industrielles, artisanales et de services s'implantèrent le long de l'autoroute. Une donation du couple Gottlieb et Adele Duttweiler, établis à R., permirent la création d'institutions d'utilité publique, notamment un parc de loisir (1946), le centre culturel "im Grüene" et l'institut Gottlieb Duttweiler (1963). La clinique Nidelbad (auj. centre de soins) qui servait en même temps d'école à la Société diaconale suisse fut installée en 1908, le Séminaire théologique baptiste en 1948 (transféré à Prague en 1997).


Bibliographie
– W. Drack, «Der Hallstattgrabhügel II beim Feldimoos, Gemeinde Rüschlikon», in RSAA, 25, 1967/1968, 177-188
Heimatbuch der Gemeinde Rüschlikon, 2 vol., 1965-1984

Auteur(e): Martin Illi / FP