17/06/2002 | communication | PDF | imprimer | 

Amerio, Romano

naissance 17.1.1905 à Lugano, décès 16.1.1997, à Lugano, cath., de Cortanze d'Asti (I), bourgeois d'honneur de Lugano (1977). Fils de Giuseppe, médecin piémontais, et de Maria Moroni Stampa, de Lugano. ∞ Marta Balestra. Ecoles secondaires à Lugano, licence en philosophie (1927) et philologie classique (1934) à l'université catholique de Milan. A. enseigna au gymnase de Lugano le grec et le latin, puis la philosophie. Privat-docent, il donna un cours d'histoire de la philosophie à l'université catholique de Milan dès 1951. Sa fréquentation intelligente et passionnée des auteurs classiques était liée à un patient travail philologique jamais interrompu. Il renouvela les études sur Tommaso Campanella, fut l'auteur de recherches stimulantes sur Alessandro Manzoni (sur sa Morale cattolica, dont il publia une édition commentée), sur Giacomo Leopardi et son "ultra-philosophie", sur des Pères de l'Eglise qu'il traduisit et édita, sur des courants comme l'épicurisme. S'il se consacra à soustraire à l'oubli de grandes voix du passé, A. ne fut en rien étranger au monde moderne: dans Iota unum. Studio delle variazioni della Chiesa cattolica nel secolo XX (1985), il s'intéressa aux changements les plus récents survenus dans l'Eglise catholique, les combattant avec vigueur et habileté avec des positions voisines (mais non dépendantes) de celles de Marcel Lefebvre. Dès 1990, A., qui maniait un italien des plus élégants, consentit à publier les premiers cahiers, presque un dixième, de son très vaste Zibaldone (carnet de notes).


Bibliographie
Corriere della Sera, 31.1.1959
– E. Zolla, Uscite dal mondo, 1992, 449-452

Auteur(e): Giovanni Orelli / LT