• <b>Emilio Motta</b><br>Photographie, vers 1885  (Archivio di Stato del Cantone Ticino). Le tampon avec le terme "consolato" et la présence du nom du père "Cristoforo" sur la photographie indique que la photographie fut peut-être utilisée pour un passeport ou un document officiel.

No 2

Motta, Emilio

naissance 24.10.1855 à Bellinzone, décès 18.11.1920 à Roveredo (GR), d'Airolo, Italien (1896). Fils de Cristoforo ( -> 1). Neveu de Valentino Alessandro Balli. ∞ 1888 Anna Mariano, fille d'un hôtelier, de Novare. Orphelin à 12 ans, M. fut élevé par son oncle Giacomo Balli à Locarno. Gymnase à Soleure, études inachevées d'ingénieur mécanicien à l'EPF de Zurich (1872-1875). A cette époque, M. fit la connaissance de Jakob Kaiser, Georg Ferdinand Rettig et Theodor von Liebenau, ce qui le poussa ensuite à étudier l'histoire en autodidacte. Rédacteur en 1875 de la revue estudiantine La Palestra, de tendance radicale, il adhéra en 1876 à l'Association patriotique de Locarno (radicale). Dès 1877, M. se consacra à la recherche historique et au dépouillement d'archives, publiant de nombreuses études bien documentées, souvent émaillées, jusqu'en 1890, de commentaires anticléricaux. Membre de la Société générale suisse d'histoire dès 1877, puis des sociétés d'histoire de Côme et de la Lombardie en 1879, il fonda la même année le Bollettino storico della Svizzera italiana. En 1884, le Conseil fédéral le chargea de transcrire des documents conservés aux Archives secrètes du Vatican; M. ne réussit pas à remplir sa mission car l'accès aux sources lui fut refusé, ce qui provoqua une vive polémique en Suisse. En 1889, il devint bibliothécaire de la famille Trivulzio à Milan. Il dirigea les festivités du centenaire de l'indépendance tessinoise (1898) et fut le promoteur des musées d'histoire de Locarno et Lugano. M. fut chargé en 1902 par le canton des Grisons de la réorganisation des archives de la Mesolcina et du val Calanca. Membre de la commission tessinoise pour la protection des monuments historiques et artistiques (1909). Collectionneur cultivé et éditeur de sources, peu enclin à la synthèse, M. tint une place importante dans l'historiographie tessinoise.

<b>Emilio Motta</b><br>Photographie, vers 1885  (Archivio di Stato del Cantone Ticino).<BR/>Le tampon avec le terme "consolato" et la présence du nom du père "Cristoforo" sur la photographie indique que la photographie fut peut-être utilisée pour un passeport ou un document officiel.<BR/>
Photographie, vers 1885 (Archivio di Stato del Cantone Ticino).
(...)


Oeuvres
Bibliografia storica ticinese, 1879
Nel primo centenario della indipendenza del Ticino, 1898
Fonds d'archives
– Archivio moesano, Musée de la Moesa, San Vittore
Bibliographie
– R. Huber, Emilio Motta, 1992 (avec bibliogr.)
– R. Broggini, «Emilio Motta "svizzero-italiano"», in Archivio storico lombardo, 1994, 499-525

Auteur(e): Rodolfo Huber / AMC